/world/opinion/columnists
Navigation

Trump, Poutine et le terrorisme

Trump, Poutine et le terrorisme
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La rencontre entre Donald Trump et le premier ministre israélien a fait une fois de plus ressortir la très faible préparation du président américain. Trump a adhéré complètement aux thèses de Benjamin Netanyahu. Son abandon de la solution des deux États a provoqué un tollé général.

L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU a par la suite déclaré que son pays privilégiait toujours la solution des deux États. Bref, Trump a complètement erré. Son manque de maîtrise des dossiers internationaux doit donner des sueurs froides aux fonctionnaires américains. Ceci est de très mauvais augure pour la rencontre éventuelle avec Vladimir Poutine.

1. Quel est le problème entre Trump et la Russie ?

La Russie et Trump subissent les assauts de plus en plus durs de divers opposants aux républicains. Les opposants laissent entendre que les services secrets américains n’auraient pas encore divulgué toute l’information sur l’influence de la Russie sur Trump ou que des journalistes auraient d’autres informations compromettantes en leur possession. Dan Rather, l’ancien et très respecté présentateur de nouvelles du réseau CBS, explique que, sur une échelle de 1 à 10, le Watergate est à 9. La crise actuelle avec la Russie est à 5 ou à 6. Mais elle pourrait bien monter jusqu’à 10. Trump, de son côté, accuse des employés de la Maison-Blanche d’avoir divulgué des informations secrètes. Il prétend que toute cette campagne est en fait orchestrée par les démocrates qui ne supportent pas que Hillary Clinton ait perdu l’élection.

2. Quelle est la position officielle des Russes ?

Lors de sa première rencontre avec le secrétaire d’État américain Rex Tillerson, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a réaffirmé la position de Moscou: la Russie n’intervient pas dans les affaires intérieures des autres États. Personne n’est obligé de le croire. Mais il faut réaliser qu’en cas de mensonge, le ministre russe risque sa réputation et celle de la Russie.

3. Quel est le sujet le plus chaud entre la Russie et les États-Unis ?

À l’évidence, la question de la lutte contre le terrorisme est au cœur des négociations. Or Poutine vient de déclarer que de véritables «armées de terroristes» recevaient «un soutien à la fois implicite et ouvert de la part de certains pays». Il est facile de deviner que Poutine accuse, entre autres, l’Arabie saoudite, la Turquie ou Israël. Ce sont tous des alliés proches des États-Unis. Le prix que la Russie demande pour sa coopération semble donc élevé: le relâchement des alliances américaines avec certains pays clés de la région.

4. Les États-Unis vont-ils lâcher des alliés pour obtenir la coopération de la Russie ?

Le public américain s’est fait raconter que les mouvements d’opposition que Washington soutient en Syrie sont majoritairement constitués de beaux, bons et braves soldats. En réalité, ces mouvements sont souvent composés d’illuminés islamistes, proches de l’Arabie saoudite ou même d’Al-Qaïda. Cette vérité dérangeante était énoncée par le général Flynn. Lâcher certains alliés est possible, mais difficile.

5. Quel est l’intérêt des Américains ?

La coopération avec la Russie paraît vitale. L’Arabie saoudite et son infecte idéologie sont ennemies des démocraties. L’argent saoudien judicieusement placé semble avoir acheté plusieurs leaders occidentaux. Poutine met le doigt sur une incohérence grave de la politique américaine de lutte contre le terrorisme. Trump devrait répondre à Poutine en soulignant l’alliance malsaine entre la Russie et l’Iran. Au fond, lâcher simultanément l’Arabie saoudite et l’Iran fait peut-être partie de la solution.