/opinion/columnists
Navigation

C’est la faute à qui, cette fois?

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, Sabrine Djermane et El Mahdi Jamali, les deux étudiants radicalisés du Cégep Maisonneuve qui ont été arrêtés par la GRC en 2015 pour avoir tenté de s’adonner à des activités terroristes, s’apprêtaient à fabriquer une bombe artisanale comme celle qui a été utilisée lors de l’attentat de Boston en 2013.

Imaginons qu’au lieu d’être des admirateurs de Ben Laden, ces deux jeunes étaient au contraire membres d’un groupe d’extrême droite.

Et que la bombe qu’ils s’apprêtaient à fabriquer avec un autocuiseur visait des musulmans plutôt que des «mécréants».

LA FAUTE AU PQ !

Ça serait le branle-bas de combat aux quatre coins du Québec.

Radio-Canada et La Presse blâmeraient les commentateurs de droite et les radios de Québec.

On pointerait la Charte du doigt.

On demanderait à Jean-François Lisée, à Bernard Drainville, à François Legault et à Gérard Deltell de faire des excuses publiques.

Philippe Couillard déchirerait sa chemise en disant que tout ça est de la faute au PQ.

On mettrait sur pied une Commission spéciale destinée à lutter contre la diffusion des propos haineux.

On partirait à la chasse aux nationalistes qui tripent un peu trop sur l’identité.

On demanderait des pouvoirs spéciaux pour mieux lutter contre l’islamophobie, que l’on comparerait sans hésiter à l’Holocauste.

Enquête préparerait une émission spéciale sur les dangers et les dérives du populisme.

Dans une conférence de presse conjointe, Régis Labeaume et Denis Coderre, rouges de honte, demanderaient pardon au nom de leurs citoyens.

La population québécoise organiserait une marche pour dénoncer l’extrême droite.

Et il ne serait plus possible de tenir le moindre propos critique sur l’Islam pour les dix prochaines années.

SILENCE RADIO

Or, ce ne sont pas des admirateurs de Trump ou de Marine Le Pen qui s’apprêtaient à faire sauter une bombe à Montréal, mais des adeptes de Ben Laden et de l’État islamique.

Vous les entendez, vous, les politiciens demander des pouvoirs spéciaux pour lutter contre l’islamisme? Vous les entendez condamner les propos haineux qui circulent dans certaines mosquées, au vu et au su de tous?

Vous entendez nos grands intellectuels blâmer l’aveuglement complaisant d’une certaine gauche face à l’islamisme?

Non.

C’est silence radio.

Personne ne dit rien.

Pourquoi? Notre intolérance à la haine et à la violence idéologique serait-elle à géométrie variable?

L’extrême droite serait condamnable, mais pas le radicalisme religieux?

Désolé, mais pour moi, la haine est la haine.

Si on n’hésite pas une seconde pour partir à la chasse à l’extrême droite, je ne vois pas pourquoi on mettrait des gants blancs et on marcherait sur des œufs quand vient le temps de partir à la chasse aux intégristes religieux.

TAYLOR MUET

Le grand Charles Taylor dit quoi lorsque des fous d’Allah écrasent des enfants avec un camion ou se font exploser dans des marchés publics?

Qu’a-t-il dit au lendemain des attentats d’Ottawa et de Saint-Jean-sur-Richelieu?

A-t-il blâmé le multiculturalisme? Les dérives de la foi?

Non. Mais quand un attentat vise une mosquée, il ne perd pas une seconde pour condamner les dérives du nationalisme ou de la laïcité.

Nous sommes contre les idéologies meurtrières?

Parfait. Alors combattons-les. Avec acharnement.

Toutes.