/investigations
Navigation

Coretti voulait que des libéraux témoignent

L’ex-patron de la firme BCIA en aurait eu long à dire concernant l’influence de ses anciens amis

Contributeur à la caisse libérale, Luigi Coretti était en bien meilleur terme avec le Parti libéral du Québec en 2010, comme en témoigne cette photo prise lors d’une soirée de financement peu de temps avant qu’une enquête criminelle soit lancée contre lui.
Photo courtoisie Contributeur à la caisse libérale, Luigi Coretti était en bien meilleur terme avec le Parti libéral du Québec en 2010, comme en témoigne cette photo prise lors d’une soirée de financement peu de temps avant qu’une enquête criminelle soit lancée contre lui.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-Nicolas Blanchet, Félix Séguin et Hugo Joncas
Bureau d’enquête

 

Si son procès s’était tenu, Luigi Coretti aurait convoqué à la barre des témoins l’ancien premier ministre Jean Charest, l’ex-ministre de la Sécurité publique Jacques Dupuis et l’actuel haut fonctionnaire de l’État Pietro Perrino.

C’est ce que l’ancien patron de la firme BCIA a expliqué à notre Bureau d’enquête, hier, dans une entrevue coup de poing.

Le quinquagénaire a été arrêté pour fraude en 2012. Il devait subir son procès cette année, mais en novembre, la Couronne a abandonné toutes les accusations.

L’homme d’affaires se dit surpris de ce dénouement.

Il aurait aimé pouvoir vider son sac devant le tribunal. «Ma vie est pas mal finie. Je n’avais rien à perdre pour aller à la cour me battre», dit-il.

Coretti se dit convaincu que les procédures judiciaires se sont éternisées, car des questions politiques sensibles y étaient liées.

Il explique que ces retards ont commencé à se multiplier lorsqu’il a signifié sa volonté d’«assigner Jean Charest et Jacques Dupuis» à témoigner.

Perrino, témoin clé

Il voulait aussi faire témoigner Pietro Perrino, un ancien organisateur pour le PLQ et pour l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt.

Perrino est l’actuel secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif, qui relève directement du premier ministre Philippe Couillard. Coretti et Perrino se connaissaient bien. Ce dernier avait décidé d’investir dans la firme BCIA.

Perrino a déjà dit au Devoir qu’il voulait voir Coretti en prison. Ce dernier rétorque que lorsqu’il en aura «fini avec lui [...] on va voir qui va aller en prison».

Maintenant libéré de toute accusation, Coretti compte lancer plusieurs procédures judiciaires.

«M. Perrino, ça fait 30 ans qu’il vit sur le bras de l’État. (...) Il va être obligé de s’expliquer (...) Moi, je suis déjà mort. Il ne peut pas me tuer deux fois», lance-t-il.

Permis de port d’arme

Coretti soutient par ailleurs que c’est M. Perrino et non Tony Tomassi qui était intervenu pour faire débloquer sa demande de permis de port d’arme après que la Sûreté du Québec eut refusé de lui en accorder un.

L’affaire avait fait la manchette en 2010. La Presse soutenait que Tomassi, alors ministre et ami de Coretti, avait servi d’intermédiaire et avait organisé une rencontre.

Le tout s’était conclu dans le bureau du ministre Jacques Dupuis, alors à la Sécurité publique.

«Tomassi n’a rien à voir là-dedans», insiste Coretti. Proche de Dupuis, Perrino était alors membre du conseil d’administration de la SAQ.

Joint au téléphone hier, Jacques Dupuis, irrité, a déclaré, avant de raccrocher: «Je n’ai aucun commentaire à formuler. Cette histoire-là est vieille, elle est derrière moi».

En 2010, Dupuis avait reconnu avoir rencontré Coretti à son bureau, mais avait nié toute intervention pour le favoriser.

Pietro Perrino s’est aussi refusé à tout commentaire hier, invoquant une consigne du Conseil exécutif.

«Je vais vous demander de parler au secrétaire général associé aux emplois supérieurs, André Fortier», a-t-il dit. M. Fortier ne nous a pas rappelés.

Requête

Luigi Coretti déposera aujourd’hui une requête afin d’avoir accès au mandat d’écoute électronique dont il a fait l’objet.

Il soutient que cette permission aurait été accordée pour de faux motifs: une cause reliée à une affaire de stupéfiants n’ayant aucun lien avec les accusations pesant contre lui. Il certifie n’avoir jamais été mêlé à ce type de crime.

En décembre dernier, la Coalition avenir Québec réclamait la démission de Pietro Perrino en raison des manœuvres auxquelles il se serait livré avec Coretti à l’époque.

Le député Simon Jolin-Barrette avait alors rendu publique une série de courriels concernant Perrino et son implication avec la firme BCIA.

– Avec la collaboration d’Antoine Robitaille

 

QUI EST LUIGI CORETTI ?

  • Patron de la firme de sécurité BCIA jusqu’à sa faillite en 2010.
  • Accusé en 2012. Deux chefs pour fraude, fausse déclaration et fabrication de faux.
  • Libéré de toutes ces accusations en novembre 2016 en raison des délais.
  • Il aurait «surévalué des comptes clients de manière à obtenir du financement d’institutions financières sous de fausses représentations».
  • Le dossier est lié à la condamnation pour fraude de l’ancien ministre Tony Tomassi, qui aurait utilisé, à une soixantaine de reprises, une carte de crédit de la firme BCIA à des fins personnelles alors qu’il était un élu.