/news/consumer
Navigation

Résidus de viande crue

Le marché a eu des problèmes de propreté et d’entreposage jusqu’en mars

Coup d'oeil sur cet article

Des morceaux de viande et du sang se trouvaient non seulement sur les murs du Nouveau Marché Daata de Laval, mais étaient aussi en contact avec des légumes prêts à être vendus.

«Le fil électrique est plein de résidus de viande allant du rosé au beige», ont observé les inspectrices lors de leur visite de mars 2016.

Le marché situé au 1270 boulevard Curé-Labelle, à Laval, a reçu trois amendes totalisant 2500 $ en décembre et janvier pour des manquements observés en février 2015 et mars 2016.

Jus de poulet

«Plusieurs boîtes de tomates italiennes sont visuellement contaminées par de la viande crue», ont noté les inspectrices dans leur rapport de février 2015. Une boîte de tomates sans couvercle était protégée par une pellicule de plastique «aucunement étanche» et «couverte de jus de poulet». Une boîte de bœuf cru était aussi déposée sur une caisse de coriandre servant à la préparation des mets cuisinés. «La boîte est imbibée de sang et des gouttelettes sont facilement visibles», ont-elles décrit.

De plus, des pièces de viande étaient entreposées «directement sur le sol souillé, sans aucun emballage ou protection».

Sang coagulé

Plusieurs objets étaient sales, comme un contenant d’ustensiles «parsemé de particules de viande séchée de plusieurs générations». Ou encore la table du hache-viande, qui était noire et recouverte d’un liquide «ressemblant à du sang coagulé». Cette table était blanche à l’origine, précise-t-on.

Un an plus tard, le restaurant avait encore des problèmes de propreté, des toiles d’araignée ayant été trouvées dans un contenant d’épices. Dans la section boucherie, les murs étaient «éclaboussés de résidus de viande qui ont dégouliné et séché», peut-on lire dans le rapport de mars 2016. Même les distributeurs à savon et papier à main étaient «souillés de viande crue».

L’établissement avait été averti des risques «d’introduction de microorganismes pathogènes» en septembre 2014.

Le propriétaire Waseem Shahzad assure toutefois que la viande et les légumes sont maintenant entreposés dans des réfrigérateurs distincts. «J’ai déjà fait ce que les inspecteurs m’ont dit de faire», soutient-il. Un grand ménage a été fait et plusieurs pièces d’équipement ont été changées.

Lors de leur dernière visite, les inspecteurs ont dit que tout était correct, assure M. Shahzad.

► Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence.

► Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Extraits du rapport

« La boîte [de bœuf cru] est imbibée de sang. » – Les inspectrices

  • Malpropreté
  • Entreposage déficient
Carte interactive