/weekend
Navigation

Des retombées positives pour l’industrie de la musique

Après son passage à La Voix, la vente des albums de Patrick Bruel a augmenté de 302 % au Québec.
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Après son passage à La Voix, la vente des albums de Patrick Bruel a augmenté de 302 % au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

En cinq saisons, l’impact de La Voix s’est fait sentir dans toutes les strates de l’industrie musicale au Québec. L’émission a non seulement permis l’émergence de nouveaux artistes, mais aussi confirmé certains membres de la relève, en plus de faire avancer encore plus loin des artistes confirmés.

La Voix est actuellement la plus ­intéressante plateforme pour aider ­l’industrie musicale au Québec, et les chiffres le confirment. «Les ventes ­d’album d’un invité à La Voix augmentent en moyenne de 150 %, et parfois plus, a détaillé Stéphane Laporte, ­producteur associé de l’émission. Après le passage de Patrick Bruel, la vente de ses albums au Québec a augmenté de 302 %. Les chansons interprétées dans l’émission, même durant les auditions à l’aveugle, se retrouvent immédiatement en tête du palmarès sur iTunes. La ­semaine dernière, une candidate a chanté Je déteste ma vie de Pierre Lapointe, et la chanson était en tête du classement sur iTunes le lendemain matin.»

La candidate Désirée a chanté Je déteste ma vie de Pierre Lapointe.
PHOTO COURTOISIE, OSA IMAGES
La candidate Désirée a chanté Je déteste ma vie de Pierre Lapointe.

L’impact sur les ventes de disques est aussi confirmé par Geneviève Côté, chef des affaires du Québec à la Socan. «Un des bons impacts de La Voix est d’avoir fait augmenter les redevances publicitaires musicales pour nos membres. La musique a encore cette propriété de rassembler, ça prouve sa valeur. Au Québec, on a un petit marché, mais on a surtout un beau marché qui a réussi à générer un star-système grâce aux médias, aux ­magazines... À l’étranger, les gens n’en reviennent pas qu’on fasse des tapis rouges pour une première ou un ­lancement, et qu’il y ait des journalistes et des photographes qui se déplacent.»

Nouveaux talents

Matt Holubowski
Photo courtoisie, LePetitRusse
Matt Holubowski

Après quatre saisons de La Voix, une trentaine de nouveaux artistes ont pu sortir un album. Hormis les quatre ­gagnants, le public a aussi suivi d’autres candidats qui n’ont pas gagné l’étape ­ultime. «Force est d’admettre que certains sont en train de prouver qu’ils peuvent se démarquer, comme Charlotte Cardin ou Matthieu Holubowski, qui auraient certainement réussi à se faire connaître sans participer à l’émission, explique Geneviève Côté. L’émission est un tremplin incroyable, mais j’ose espérer que les participants de la cinquième saison savent que La Voix va peut-être changer leur vie, ou peut-être pas. Le public aime suivre ceux qui les touchent vraiment.»

Charlotte Cardin
Photo ourtoisie
Charlotte Cardin

De son côté, Stéphane Laporte ne comprend pas lorsqu’il entend des gens dire qu’il y a trop d’artistes qui arrivent sur le marché à cause de La Voix. «On a plein d’artistes qui ­viennent de partout. Il y a quelque chose d’illogique dans ce genre de question: est-ce qu’il y a trop de ­chanteurs ou trop d’humoristes? Si ces artistes sont présents, sortent des albums, font des spectacles et sont sur les palmarès, cela veut dire qu’il y a un public qui les écoute. De quel droit peut-on dire qu’il y en a trop?»

Le public décide

Tous ceux qui participent à La Voix n’auront pas une carrière, mais ils ont au moins la chance de présenter leur talent et d’essayer de toucher le public. Geneviève Côté raconte l’anecdote qu’elle a entendue d’un musicien de l’OSM. «Quand on est jeune, on pense tous qu’on va jouer dans la Ligue nationale de hockey. Mais en grandissant, il y a un moment où on se rend compte que c’est nous qui allons payer pour jouer. C’est pareil pour la musique.»

Pour Stéphane Laporte, l’émission est vitale à l’industrie musicale québécoise. «C’est important qu’il y ait une émission musicale qui soit un rendez-vous rassembleur, et qui permet à la fois de découvrir de nouveaux talents et de contribuer au rayonnement de talents qui existent déjà, que ce soit des artistes qui veulent avoir une seconde chance, que ce soit les coachs ou les invités.»

Il se produit beaucoup de musique dans notre province. Par exemple, en 2015, le Québec francophone a produit plus ­d’albums que les producteurs indépendants en France. «Il y a beaucoup d’offres musicales, reconnaît également la ­responsable du Québec pour la Socan. Certains continuent de vendre beaucoup de disques et de billets de spectacle, d’autres en vendent moins. Mais c’est le public qui décide au final quels artistes ils veulent entendre ou aller voir.»

Des ex-candidats qui ont fait leur chemin

  • Valérie Carpentier
  • Charlotte Cardin
  • Alexe Gaudreault
  • Jeffrey Piton
  • Andy Duquette
  • Jérôme Couture
  • Éléonaore Lagacé
  • Philippe Touzel
  • Gabriel Shonk
  • Rémi Chassé
  • Yoan
  • Lawrence Castera
  • Geoffroy
  • Céleste Levis
  • Valérie Lahaie
  • Renée Wilkin
  • Matthieu Holubowski
  • Rosa Laricchiuta
  • David Fleury
  • Kevin Bazinet
  • Simon Morin
  • Stéphanie St-Jean
  • Geneviève Leclerc
  • Soran Dusseigne