/news/politics
Navigation

Affaire BubbleCrush: la ministre Vallée s’excuse

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée
Photo Simon Clark La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée

Coup d'oeil sur cet article

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée s’excuse pour avoir joué avec sa tablette durant l’étude de la loi spéciale pour forcer le retour au travail des juristes.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée
Compte Facebook Stéphanie Vallée

«Vers 3h45 la nuit dernière je suis devenue très fatiguée. Plutôt que de quitter le Salon Bleu et aller prendre un café, j’ai choisi de rester afin d’écouter la suite des débats sur l’adoption du principe du projet de loi [...]. J’ai pris un gros cinq minutes pour regarder ma tablette. Je m’en excuse», a-t-elle écrit sur sa page Facebook personnelle.

L’affaire avait été ébruitée la veille alors qu’un conseiller syndical de LANEQ, qui défend les juristes de l’État, prétendait que Mme Vallée jouait à un «jeu vidéo» s’apparentant à Bubble Crush en plein débat parlementaire.

«J’ai des membres à l’Assemblée qui ont été témoins d’une scène totalement désolante. Je viens de recevoir un courriel justement et je vous en cite un extrait. On me dit: “Quelques minutes plus tard, elle a empoigné son iPad et s’est mise à jouer à un jeu qui ressemblait en tout point de vue à Bubble Crush», a pesté François Desroches-Lapointe à l’antenne du 98,5 FM.

La ministre de la Justice a été critiquée pour son mutisme lors de la grève des juristes de l’État. Elle a aussi dû se défendre d’être en tutelle parce qu’un ancien sous-ministre qui relève du bureau du premier ministre s’occupe dorénavant de la stratégie pour réduire les délais en justice.

Elle conclut son message d’excuse en écrivant «parfois on veut bien faire et c’est tout le contraire qui est perçu».

Avec la collaboration de Marie-Renée Grondin