/investigations/sptrades
Navigation

D’autres fournisseurs impayés sur le chantier du CHUM

Trois entreprises québécoises réclament plus de 40 millions de dollars au constructeur

GEN-CLOCHER-CHUM
PHOTO D’ARCHIVES, AGENCE QMI Le projet du CHUM a été marqué par des retards importants et de nombreux cas de fournisseurs se plaignant de ne pas être payés.

Coup d'oeil sur cet article

Trois fournisseurs québécois réclament plus de 40 millions de dollars en extras impayés au consortium anglo-espagnol qui gère la construction du nouveau CHUM.

Ces entreprises de construction ont déposé des hypothèques légales dans les dernières semaines pour 41,9 millions de dollars, selon des documents légaux obtenus.

«Plusieurs travaux additionnels demandés par Construction Santé Montréal n’ont toujours pas été traités. De plus, le retard significatif dans l’exécution du chantier a entraîné des frais de prolongation importants qui sont principalement supportés par Groupe SCV et leurs sous-traitants», affirme l’avocat Frédéric Levasseur.

<b>Frédéric Levasseur</b><br />
Avocat
Photo courtoisie
Frédéric Levasseur
Avocat

Le groupe SCV, de Victoriaville, a travaillé sur la mécanique et l’électricité du nouveau Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Il a déposé une hypothèque légale de 36,3 millions de dollars au début février, la plus grosse réclamation enregistrée depuis le début du projet.

Il dit vouloir «signifier son insatisfaction et sa déception quant au comportement de l’entrepreneur général Construction Santé Montréal dans le processus de négociation ayant présentement cours entre eux».

Arrogance

«Ils sont arrogants, baveux. Ça met en péril mon entreprise», dénonce Hugues Frigon, de Bédard & Bédard.

Le groupe spécialisé dans l’électricité a réclamé au début janvier 1,9 million de dollars. Hugues Frigon a même dit regretter d’avoir accepté ce contrat. «Ils demandent énormément d’extras, mais ils ne paient rien», dit-il.

«Personne ne parle français dans la direction. Ce n’est pas normal qu’on ne puisse pas se faire répondre en français», a-t-il martelé.

Le groupe Clermont de Châteauguay, spécialisé en revêtement extérieur et installation d’enveloppe de bâtiment, a déposé une hypothèque de 3,7 millions de dollars. Il a émis un préavis de vente sous contrôle de justice il y a quelques jours.

« Normal »

Ce n’est pas la première fois que des fournisseurs déposent des hypothèques légales pour se faire repayer sur le chantier du CHUM. En octobre, trois autres entreprises avaient déposé des hypothèques pour 10 millions.

Le porte-parole du consortium, Stéphane Mailhot, a dit qu’il était normal que des fournisseurs soient mécontents.

«Ce n’est pas un niveau anormal pour un projet de plus de 2 milliards», a-t-il dit. Il s’est dit sûr d’en arriver à une entente d’ici juin, moment de la livraison prévue du projet au gouvernement du Québec.

 

De nombreux problèmes au chantier

Retards

Le CHUM était censé être livré en avril 2016, mais devrait finalement être terminé en juin 2017. Le constructeur a dû mettre en œuvre un plan de mitigation pour accélérer les travaux qui a entraîné un risque pour la sécurité de travailleurs, selon la FTQ-Construction.

Dépréciation

La firme espagnole OHL, un des deux partenaires privés pour le projet, a dû enregistrer une perte de 105 millions d’euros liée au CHUM dans son dernier rapport annuel. En cause, les retards du projet. Des doutes ont aussi été soulevés sur la qualité des travaux réalisés.

Contrat secret

Le contrat d’entretien du CHUM après sa livraison signé entre la firme espagnole OHL, la britannique Laing O’Rourke et le gouvernement du Québec est secret. Il n’est donc pas possible de savoir combien exactement les contribuables paieront pour le CHUM.

Coûts élevés

Les coûts de construction du CHUM s’élèvent à plus de 2 milliards de dollars. En ajoutant le CUSM et d’autres projets hospitaliers, la facture atteint 4,7 milliards pour les contribuables, soit bien plus que ce qui était annoncé en 2009.

Tensions

Une immense pièce de coffrage a été volontairement descendue au-dessus de la tête d’un employé en 2013, mettant sa vie en danger. L’incident serait survenu à cause du refus de l’employeur de payer des heures supplémentaires et de tensions sur le chantier.

 

LE PROJET DU CHUM EN BREF

  • Partenariat public-privé
  • Livraison prévue: juin 2017
  • Mené par un consortium formé de l’espagnole OHL et de la britannique Laing O’Rourke
  • Coûts estimés: 2 milliards $
  • Nombre de fournisseurs: 227
  • Nombre d’hypothèques légales déposées lors du projet: 11

 

Brèves

Communiquez avec Jean-François Cloutier en toute confidentialité