/finance
Navigation

1000$ à sa voisine pour son lave-vaisselle bruyant

Coup d'oeil sur cet article

Un Lavallois vient d’être condamné par un juge des petites créances à verser 1000 $ à sa voisine pour ces quatre années où il l’a l’embêtée avec un lave-vaisselle qui faisait un bruit d’enfer.

«Ça n’avait pas d’allure. Quand ça démarrait, c’était comme s’il tirait la chasse de sa toilette dans ma cuisine. Et après le plafond vibrait sans arrêt», dit Mireille Giroux, la copropriétaire en dessous de chez Pierre Ferrero.

Les deux voisins cohabitaient sans problème depuis 2003. Mais c’est en 2012, lorsque M. Ferrero a acheté un lave-vaisselle portatif, que ça a dégénéré.

Elle enregistre le bruit

Excédée par le manque de coopération de son voisin, Mme Giroux l’a envoyé en cour. Sa principale arme: l’enregistrement du vacarme, qu’elle a fait entendre au juge Benoit Sabourin.

Le magistrat a déterminé que l’électroménager installé sur le comptoir de la cuisine faisait un bruit «qui excède les limites de la tolérance».

Les problèmes avaient beau durer depuis 2012, le juge n’a pris en compte que les dommages à partir du moment où elle lui a envoyé une mise en demeure, en décembre 2014, pour lui octroyer 1000 $. «Ce montant correspond approximativement à 5 $ par jour pour les 30 semaines durant lesquelles elle a subi les inconvénients liés au bruit du lave-vaisselle de Ferrero», a détaillé le juge dans sa décision.

Aucune coopération

Le magistrat déplore que pendant tout ce temps, Pierre Ferrero n’ait rien fait pour remédier à la situation. Sa voisine s’est d’abord plainte verbalement du bruit, puis elle a envoyé des lettres recommandées dont son voisin a refusé de prendre possession.

Ce n’est que lorsque Ferrero a reçu une mise en demeure par huissier qu’il a miraculeusement trouvé une solution pour atténuer le bruit.

«Ferrero a attendu d’être poursuivi par Giroux pour prendre les moyens nécessaires pour améliorer le niveau d’insonorisation de 90 %», dénonce le juge.

«Il a été tellement désagréable que j’ai décidé de poursuivre le recours juridique quand même», dit Mme Giroux, qui est très satisfaite du calme retrouvé.

♦ Il n’a pas été possible d’entrer en contact avec M. Ferrero.