/entertainment/stage
Navigation

Une proposition éclatée à l’image du chevalier

Don Quichotte revit sur la scène du Périscope

La proposition des compagnies québécoises Sortie de secours, Pupulus Mordicus et Gataro de Barcelone met en vedette des comédiens en chair et en os et des marionnettes pour raconter l’histoire du célèbre Don Quichotte de la Mancha.
Photo courtoisie, stéphane bourgeois La proposition des compagnies québécoises Sortie de secours, Pupulus Mordicus et Gataro de Barcelone met en vedette des comédiens en chair et en os et des marionnettes pour raconter l’histoire du célèbre Don Quichotte de la Mancha.

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Soldevila ne voulait pas tomber dans la redite en s’attaquant à l’histoire de Don Quichotte. Sa proposition est aussi folle que le célèbre personnage qui décide un beau matin d’aller combattre le mal et protéger les opprimés.

À l’affiche jusqu’au 11 mars au Périscope, Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha est un objet théâtral particulier.

On y trouve des comédiens en chair et en os, les marionnettes de la compagnie Pupulus Mordicus, des textes livrés en français, en espagnol et en catalan, et des surtitres.

Une forme un peu déstabilisante par moments, mais où l’on finit toujours par retrouver notre chemin.

Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha raconte l’histoire de cet homme, Alonso Quijada, qui décide un jour de devenir chevalier et qui veut que le monde soit meilleur.

Chevauchant son cheval Rossinante, avec son équipier Sancho Panza à ses côtés, il s’invente une compagne, Dulcinée du Toboso, et se lance dans une folle épopée où il attaquera des moulins à vent et un troupeau de moutons qu’il croit être deux armées.

La forme est éclatée. Les personnages parlent parfois au public, expliquent certaines choses, racontent l’histoire de Don Quichotte et s’interrogent à certains moments sur les motivations de l’auteur Miguel de Cervantes qui a écrit cette saga publiée en 1605 et en 1615.

Faits et véracité

On s’interroge sur les faits et la véracité de cette histoire écrite en deux tomes.

L’entourage de Don Quichotte raconte sa version de l’histoire dans un faux documentaire et Rossinante, l’âne de Sancho Panza, un singe et un cheval font de même réunis à une table.

Le Don Quichotte en chair et en os affronte celui en marionnette afin de savoir lequel est le véritable personnage.

Quelques clins d’œil à la modernité sont présents avec des personnages qui se prennent en «selfies» et des références à Facebook.

La proposition de Philippe Soldevila joue habilement sur cette ligne très mince qui sépare le vrai et le faux et la réalité de la fiction entourant le légendaire chevalier.

Il y a énormément de plaisir, d’audace et de moments déjantés dans cette folle proposition des compagnies Sortie de secours, Pupulus Mordicus et Gataro de Barcelone, qui sera présentée cet été en Espagne. Une pièce qui donne envie de plonger dans les deux tomes de cette rocambolesque saga.