/news/consumer
Navigation

Hausse soudaine de 5 $ par mois du prix d’internet chez Bell

Léo Léger, 71 ans, est choqué que sa facture de Bell ait augmenté aussi vite alors qu’il n’est pas un grand utilisateur d’internet.
photo marie-ève dumont Léo Léger, 71 ans, est choqué que sa facture de Bell ait augmenté aussi vite alors qu’il n’est pas un grand utilisateur d’internet.

Coup d'oeil sur cet article

Bell vient de hausser soudainement de 5 $ par mois la facture d’internet de la grande majorité de ses clients, ce qui représente pour certains près de 10 % d’augmentation.

Depuis le 1er février, cette majoration s’applique sur la plupart des forfaits de Bell. L’entreprise a aussi gonflé les tarifs pour le téléphone résidentiel et pour tous les forfaits pour la télévision, sauf celui de base qui est fixé à 24,95 $ par le CRTC.

L’ensemble de la facture a pu grimper de 25 % à 30 % selon les services choisis, estime Julien Valois-Francœur, avocat spécialisé en télécommunications.

«C’est totalement injustifié. Le coût de la bande passante baisse chaque année sur les réseaux internationaux. Les marchés qui sont concurrentiels ailleurs dans le monde n’ont pas ce genre de hausse», dénonce-t-il.

L’Office de protection du consommateur a reçu 17 plaintes en février concernant cette hausse.

Pour sa part, le Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunication a aussi indiqué au Journal que la situation lui avait été rapportée à plusieurs reprises, sans pouvoir donner un nombre exact de plaintes.

Choqué

Léo Léger est un de ces clients de Bell qui a été choqué lorsqu’il a reçu sa facture du mois de février qui est passée de 95,31 $ à 103,87 $. Il doit aussi débourser 5,34 $ de plus en guise de supplément pour le mois précédent, car sa facturation commence au milieu du mois.

«J’ai surtout été bouleversé quand j’ai calculé le pourcentage d’augmentation pour l’internet. Une hausse de 9,81 %, c’est énorme», déplore-t-il.

«Ils viennent chercher plus que l’augmentation de la pension de vieillesse. Une chance que je ne vis pas seulement là-dessus. Je m’organisais toujours pour que ma facture de télécommunication ne dépasse pas 100 $, mais maintenant, je n’arrive même plus à négocier», se désole le retraité de 71 ans.

De son côté, Bell a indiqué au Journal qu’elle avait averti ses clients de ces changements avec leur facture de décem­bre dernier.

«Bell investit plus que toute autre entreprise de télécommunication pour offrir les meilleurs réseaux à large bande à ses clients, alors que l’utilisation des clients continue de croître de façon significative», a indiqué Caroline Audet, porte-parole de Bell.

Pas réglementé

Au Canada, il n’y a aucun organisme qui réglemente le prix au détail d’internet.

Le CRTC s’occupe seulement d’établir les tarifs des services d’accès haute vitesse de gros facturés par les grands fournisseurs comme Bell, Vidéo­tron et Cogeco, entre autres, aux fournisseurs indépendants (Distributel, Ebox, etc.) afin de favoriser la concurrence.

«On laisse les entreprises déterminer leurs prix. Mais ce serait peut-être une idée d’établir un forfait minimum comme dans le cas de la télé», indique Élise Thériault, avocate chez Option consommateurs.

Un recours possible

Les clients de Bell qui jugent inacceptable l’augmentation des tarifs pourraient se tourner vers le Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications pour faire valoir leur point de vue.

«Il faut se demander c’était quoi l’entente, l’engagement qui avait été pris et si Bell s’est acquitté de sa responsabilité», indique Josée Thibault, commissaire adjointe au Commissaire aux plaintes aux services de télé­communications (CPRST).

Cet organisme peu connu s’occupe de représenter les consommateurs pour des plaintes liées aux services internet et sans-fil en ce qui a trait au respect des contrats, notamment.

Environ 90 % des plaintes prises en charge par le CPRST se concluent en faveur du consommateur, et ce, dans un délai de 40 jours.

Mme Thibault a indiqué au Journal que si des clients de Bell s’étaient abonnés ou fait offrir des prix pour des forfaits à durée déterminée, six mois ou un an par exemple, ce prix ne devrait pas être augmenté avant la fin de l’entente.

«Pas besoin d’avoir spécifiquement signé un contrat dans un bureau pour que ça tienne. Si le prix a été prévu pour un an, il ne change pas avant, ça peut être un non-respect d’engagement», insiste Mme Thibault.

Augmentations récentes

Bell

Télé (sauf forfait de départ fixé à 24,95 $ par le CRTC) : + 3 $/mois

Téléphonie résidentielle + 2,45 $/mois

Internet (sauf forfait internet Optimax 7 Mbit/s, forfait internet haute vitesse et interurbain et internet de base) : + 5 $


Vidéotron

Télé (pour les clients télé abonnés avant le 24 février 2016 seulement) : + 1 $

Internet

  • Forfaits internet intermédiaire, internet haute vitesse, internet Fibre hybride 5 (plus offert) et internet Fibre hybride 10 (plus offert) : + 1 $
  • Fibre hybride 15 (plus offert), internet très grande vitesse 30, Fibre hybride 30 (plus offert), Fibre hybride 30E (plus offert) : +2 $
  • Les clients internet qui se sont abonnés après le 28 septembre 2016 ne sont pas concernés par ces hausses.

Cogeco

N’a pas augmenté ses tarifs en 2017.