/entertainment/shows
Navigation

Les FantastiX en spectacle au Capitole

Les cinq superhéros passent la semaine de relâche à Québec

On retrouve beaucoup d’action quand tous les personnages sont sur scène en même temps.
Photo Courtoisie On retrouve beaucoup d’action quand tous les personnages sont sur scène en même temps.

Coup d'oeil sur cet article

Les FantastiX ont le vent dans les voiles. De retour d’Europe, les cinq superhéros investissent le Capitole dès mardi soir jusqu’à dimanche, avec un spectacle d’envergure qui en éblouira plus d’un.

Avec un budget impressionnant de deux millions, le spectacle Les FantastiX, où s’entremêlent le cirque, la magie, l’hypnose, le mentalisme et l’illusionnisme, est un spectacle fort complexe. Une vingtaine de personnes font partie de l’équipe de tournée: il y a des techniciens dans la salle et dans les coulisses, des caméras un peu partout, des costumes flamboyants, des projections, du cirque aérien... la force du spectacle réside dans le mélange des disciplines.

Depuis quelques mois, Les FantastiX nagent en plein succès. Le concept restait, jusqu’à tout récemment, encore difficile à comprendre, approuve le producteur Éric Young. Mais la diffusion de l’émission Les FantastiX - La magie des stars le 27 novembre dernier, à TVA, vue par plus d’un million de personnes, a contribué à démystifier le concept auprès du public.

Il s’est vendu plus de 43 000 billets depuis la diffusion de l’émission. «C’est un spectacle excessivement complexe à opérer et à mettre en place, soutient Éric Young. Il est destiné à l’international. Mais depuis l’automne, après notre première à Montréal, après un an de rodage, tout est allé rapidement. C’est un concept difficile pas si évident à cataloguer. On le décrit comme une «comédie magicale».

En février, les Fantastix ont donné six représentations au Grand Rex de Paris. Ils ont vendu le double de billets prévus, soit 6000.

L’engouement est tel qu’Éric Young fait actuellement des démarches pour vendre le format en Europe de l’Est, dit-il. «C’est un spectacle unique, mais il peut y avoir plusieurs «castings» pour les différents pays étrangers.»

Des numéros collectifs

On retrouve beaucoup d’action sur scène, puisque tous les personnages, Val le magnétiseur, Red l’éveilleuse, Ari l’envoûteur, Max l’enchanteur et Gao le passeur, sont sur scène en même temps, pour la plupart des numéros collectifs.

Gao, le passeur, est interprété par Nicolas Gignac, originaire de Québec. Dans le spectacle, Gao agit comme maître de cérémonie. L’histoire se déroule en 2082 dans la société secrète MentiX Mantra, où vivent des gens qui ont des capacités plus élevées que la normale.

«Mais moi, je suis dans le présent, je suis comme un ancien qui est resté pris dans le temps. Mon personnage va s’amuser avec les gens», puisque le spectacle est très interactif, précise-t-il. Expert en animaux exotiques (il a été assistant en chirurgie vétérinaire dans une autre vie), il amène sur scène son boa et une araignée géante, mais pas dans le but de faire peur, a-t-il insisté, attablé au Capitole.

D’ailleurs, Nicolas Gignac est fébrile à l’idée de se produire autant de soirs au Capitole, dans sa ville. Celui qui a commencé à faire de la magie à seulement 21 ans, alors qu’il n’avait jamais touché à un paquet de cartes, y voit une belle consécration.

Il a contribué à la conception du spectacle et il est occupé au sein des FantastiX jusqu’en 2018. «On a une chimie incroyable, dit-il au sujet de ses comparses. Le show est rodé au quart de tour. Maintenant, on a juste besoin d’un regard pour se comprendre sur scène.»