/news/consumer
Navigation

Un véritable marché noir de l’alcool sur Facebook

Des jeunes profitent de ceux qui veulent continuer la fête quand la SAQ est fermée

Le Journal a réussi à se procurer deux bouteilles d’alcool en s’annonçant comme un client intéressé.
Photo Martin Chevalier Le Journal a réussi à se procurer deux bouteilles d’alcool en s’annonçant comme un client intéressé.

Coup d'oeil sur cet article

Des jeunes profitent de Facebook et d’Instagram pour vendre illégalement de l’alcool à gros prix aux acheteurs désespérés de continuer à faire la fête en pleine nuit. Ils offrent même la livraison.

«Il y a des fous qui achètent 20 $ à 30 $ de plus que le prix de la bouteille après 23 h», a commenté un vendeur lorsque Le Journal s’est fait passer pour un acheteur.

Les vendeurs se servent des groupes Facebook de «Black market» où l’on publie une annonce pour vendre divers objets. Mais à travers ces groupes, dont l’un d’eux comprend plus de 61 000 membres, des gens glissent des annonces de bouteilles d’alcool à vendre, et ce, sans aucun permis de vente autorisé par la Régie des alcools, des courses et des jeux. Afterhours bottles ou Bottles for sale, peut-on y lire.

On y retrouve du champagne, de la vodka, de la tequila, du rhum, du scotch ou du whisky et un peu de vin.

Il suffit d’envoyer un message privé au vendeur sur Facebook pour prévoir un lieu de rencontre ou se faire livrer l’alcool chez soi, en payant un supplément.

Deux fois plus cher

L’objectif n’est pas tant d’offrir des «aubaines», mais plutôt de fournir le marché lorsqu’il n’est plus permis de vendre de l’alcool en dépanneur ou lorsque les magasins de la SAQ sont fermés, selon ce qui a été constaté.

Le Journal a même réussi à se procurer deux bouteilles d’alcool, de la vodka Stolichnaya Elit et du rhum Havana Club en s’annonçant comme un client intéressé. Le vendeur a accepté de nous parler en échange de son anonymat.

La transaction en argent comptant s’est faite près d’un bar montréalais situé en face d’un stationnement public. La vodka nous a été vendue 120 $, alors qu’on la trouve pour 60 $ à la SAQ. La facture a monté à 160 $ pour les deux bouteilles. En succursale, le montant aurait été de 93,50 $.

« Populaire »

«On achète des bouteilles aux États-Unis et on les revend environ le double du prix de là-bas», nous a dit le vendeur, sans préciser comment il s’y prenait.

Il s’est ensuite vanté d’avoir une cinquantaine de bouteilles en stock chez lui tout en expliquant qu’il vendait cet alcool, surtout via Instagram, depuis le printemps dernier. «C’est de plus en plus populaire», a-t-il fièrement souligné.

Les bonnes affaires se font la nuit lors­que l’heure légale pour vendre de l’alcool est passée ou à la fermeture des bars, a-t-il confié.

Lorsque Le Journal lui a demandé s’il avait le droit de faire un tel commerce, il a répondu qu’il ne pensait pas que c’était légal, mais qu’il le faisait quand même.

Certains utilisateurs vont jusqu’à publier eux-mêmes des annonces pour trouver de l’alcool à vendre en fin de soirée.

Champagne Veuve Clicquot Brut, 750 ml

  • 140 $ Prix sur Facebook
  • 69,25 $ Prix à la SAQ

Cognac Hennessy, 750 ml

  • 130 $ Prix sur Facebook
  • 65,50 $ Prix à la SAQ

Grand Marnier, 750 ml

  • 90 $ Prix sur Facebook
  • 43,75 $ Prix à la SAQ

Whisky Jack Daniel’s Gentleman Jack, 750 ml

  • 80 $ Prix sur Facebook
  • 38,75 $ Prix à la SAQ

Baileys L’Originale, 750 ml

  • 60 $ Prix sur Facebook
  • 29,95 $ Prix à la SAQ

Rhum ori­­ginal Captain Morgan, 750 ml

  • 55 $ Prix sur Facebook
  • 27,85 $ Prix à la SAQ

Vin Mateus Rosé, 750 ml

  • 25 $ Prix sur Facebook
  • 9,45 $ Prix à la SAQ

­­Plus à l’abri sur Facebook?

La vente illégale d’alcool sur Facebook et Instagram se déroule sous le nez des policiers qui surveillent davantage les sites de petites annonces que les réseaux sociaux.

«Il y a déjà eu des interventions, mais plus souvent sur les sites de petites annonces. [On est tout de même] au courant que cette pratique peut se faire sur les réseaux sociaux», a indiqué la porte-parole de la Sûre­­té du Québec Joyce Kemp, sans pouvoir fournir de statistiques sur les amendes infligées.

Amendes salées

La Loi sur les infractions en matière de boissons alcoolisées interdit la vente ou la livraison d’alcool sans être titulaire d’un permis, rappelle la porte-parole de Régie des alcools, des cour­ses et des jeux (RACJ) Janick Simard. Ceux qui ne respectent pas la loi sont passibles d’une amende allant jusqu’à 6075 $, puis d’un maximum de 24 300 $ en cas de récidive. Il est aussi défendu d’en garder chez soi dans le but d’en vendre.

Les policiers font une vigie des sites de petites annonces, alors que les enquêtes pour les réseaux sociaux sont plutôt lancées à la suite de plaintes, a dit Mme Kemp.

La SAQ et la RACJ n’enquêtent pas sur ce genre d’infrac­tions. Ce sont les autorités policières ou douanières, dans le cas où de l’alcool serait importé illégalement, qui sont responsables d’intervenir.

Acheteurs complices

Quant au consommateur qui se procure ces bouteilles, il serait lui aussi en infraction, indi­que la policière.

«Si on participe à une activité criminelle en achetant de l’alcool sur les réseaux sociaux et si on le fait avec de l’aveuglement volontaire, on pourrait se retrouver complice de ces transactions», ajoute Frédéric Allali, avocat.

Le porte-parole de Facebook Canada, Louis Payette, a indiqué que toutes les pages qui proposent de l’alcool illégalement ne sont pas automatiquement fermées.

«Avec près de 1,2 milliard d’utilisateurs et des lois différentes dans chaque pays, il est impossible d’assurer une surveillance systématique au niveau local», a-t-il soutenu.