/investigations
Navigation

Hydro-Québec change de version sur les 500 M$ qu'elle paierait pour enfouir une ligne aux États-Unis

Hydro-Québec change de version sur les 500 M$ qu'elle paierait pour enfouir une ligne aux États-Unis
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec affirme qu'elle ne paiera pas pour la construction d'une ligne de 2,1 G$ au New Hampshire, mais cette interprétation est démentie par ses propres partenaires américains. Même le porte-parole de la société d'État, Serge Abergel, a changé de version en quelques jours.

Notre Bureau d'enquête révélait mercredi matin qu’Eversource, le promoteur américain de cette ligne de 308 km, est persuadé qu'Hydro remboursera la totalité des coûts de construction. Pour ce faire, le promoteur entend facturer des frais de transport à Hydro pendant 20 à 40 ans.

Près de 100 km de cette ligne seront enfouis sur le territoire américain, alors que la société d'État a refusé d'enfouir 18 km en sol québécois, prétextant entre autres des coûts trop élevés.

En matinée, le chef des relations médias d'Hydro-Québec, Serge Abergel, a affirmé au 98,5 FM que son organisation «ne paiera pas une cenne pour construire la ligne aux États-Unis».

Il a soutenu qu’Hydro-Québec souhaitait que «les frais de transport soient assumés par le client américain et c’est un peu ce que le partenaire Eversource dit aussi».

Voici pourquoi sa version ne concorde pas avec les éléments de notre enquête:

1. Le porte-parole d'Hydro-Québec, M. Abergel nous disait:

Le 1er mars dernier, notre Bureau d’enquête demandait à M. Abergel, lors d'une entrevue téléphonique: est-ce que «les coûts de construction de la ligne, de l’autre bord de la frontière, seront remboursés par Hydro-Québec?».

Sa réponse, que nous avons enregistrée: «Lorsqu’on exporte aux États-Unis, en Ontario ou n’importe où, on a à payer des frais de transport sur la ligne que l’on emprunte. Les Américains (Eversource), ce qu’ils disent, c’est qu’ils vont prendre ces frais de transport pour rentabiliser leur investissement sur une période de 40 ans. (...) Donc (ils) vont se rembourser à même les frais de transport qu’il estime qu’il va percevoir du transit de l’énergie qui va venir du producteur qui va alimenter cette ligne, c’est Hydro-Québec». Vous pouvez écouter ce segment de l'entrevue de M. Abergel ci-dessous.

Le lendemain, M. Abergel nous disait à nouveau que les coûts de construction investis par Eversource «vont être pris à même les frais de transport qu’Hydro-Québec va payer en transitant sur cette ligne».

2. Le partenaire américain est convaincu qu'Hydro va payer

Pour en être certain, notre Bureau d’enquête a écrit, la même journée, à Eversource en lui posant cette question: «Je veux comprendre qui va payer pour le développement et la construction du projet ultimement? Je comprends qu’Eversource va payer, mais pourra récupérer la totalité des coûts durant 40 ans dans le cadre d’une entente avec Hydro-Québec? Je comprends qu’Hydro-Québec assume le risque et a garanti à Eversource que le coût total sera récupéré? C’est exact?».

«Oui, c’est exact», a répondu Kaitlyn Woods, des relations médias d’Eversource.

3. Le site internet du projet stipule qu'Hydro va payer

Sur le site internet d’Eversource, à la question «qui va payer pour le projet?», le partenaire américain écrit toujours qu’il «financera les coûts totaux de développement et de construction du projet Northern Pass, et recouvrera ces coûts de la part de Hydro Renewable Energy, une division d’Hydro-Québec, au cours de la période de 40 ans de l'entente de services».

4. Lorsque le projet a été présenté, l’organisme de régulation américaine stipulait qu'Hydro assumait le risque

Dès que le projet a été mis sur la table devant la Commission fédérale des règles énergétiques, cette dernière a écrit que «le risque du projet était transféré à Hydro-Québec».

Serge Abergel a reconnu à notre Bureau d'enquête qu’une «forme de garantie» avait été donnée à ce moment, mais que le contexte avait changé et que cette garantie n’existait plus aujourd’hui.

5. Responsible Energy Action, un groupe de citoyens américains qui fait la promotion du projet, croit depuis le début qu'Hydro-Québec paiera.

L'organisme écrit sur son site internet qu’«Hydro-Québec a garanti que Northest Utilities (ancien nom d’Eversource) se verra rembourser tout son investissement dans le projet».

«Si vous suivez le mécanisme financier et de contrôle dans les documents soumis, ce projet sera payé par Hydro-Québec, et l'utilisation de la ligne de transmission sera contrôlée par Hydro-Québec. En d'autres mots, le vrai développeur est Hydro-Québec», peut-on aussi y lire.

Soulignons qu’il s’agit du montage financier qui était prévu au départ, en 2011, quand le projet a été mis sur la table.