/finance/business
Navigation

Menaces de privatisation : les syndiqués de la SAQ contre-attaquent

Des sacs réutilisables seront distribués pour répliquer aux menaces

Les sacs réutilisables, dont les couleurs et les éléments graphiques rappellent la carte Inspire, seront bientôt distribués lors de mobilisations syndicales devant les succursales les plus achalandées.
Photos courtoisie Les sacs réutilisables, dont les couleurs et les éléments graphiques rappellent la carte Inspire, seront bientôt distribués lors de mobilisations syndicales devant les succursales les plus achalandées.

Coup d'oeil sur cet article

Devant la menace qui plane plus que jamais sur la Société des alcools du Québec (SAQ), des syndiqués s’apprêtent à lancer une offensive contre la privatisation aux couleurs du programme de fidélisation Inspire.

Notre Bureau parlementaire a appris que 15 000 sacs arborant le slogan «La privatisation de la SAQ, c’est pire» seront bientôt offerts gratuitement aux clients qui, autrement, doivent payer pour leur traditionnel «sac de la SAQ».

Derrière cette initiative, le président québécois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Marc Ranger, qui représente les employés à la manutention et à la livraison de la SAQ, promet une «opération de grande envergure». Des tracts seront également remis aux clients.

Selon M. Ranger, l’abolition de 190 postes en début d’année et la volte-face d’avant-hier sur le retrait du drapeau du Québec devant les succursales illustrent bien comment la menace de privatisation pèse fort sur la société d’État. «On sent qu’il y a une commande politique», a-t-il observé.

Leitao laisse la porte ouverte

En entrevue avec TVA Nouvelles, mercredi, le ministre des Finances, Carlos Leitao, a d’ailleurs confirmé qu’après l’optimisation des performances et les baisses de prix, Québec se penche toujours sur la possibilité de mettre fin au monopole de la SAQ.

C’est notamment ce qu’avait recommandé la commission Robillard au gouvernement Couillard, en août 2015.

«Ce n’est pas une question idéologique. Ce n’est pas qu’on va privatiser, ce n’est pas qu’on ne va pas privatiser: on va voir quel va être le meilleur modèle dans l’intérêt des Québécois», a réitéré le ministre des Finances.

À l’instar du SCFP, la CSN, qui représente les employés de magasins et de bureaux de la SAQ, s’inquiète des propos du ministre Leitao.

« L’heure juste »

«Ce qu’on veut, c’est que le gouvernement Couillard affirme que la SAQ est là pour rester et que ça va demeurer une société d’État publique», a réagi Pierre Patry, trésorier de la CSN.

La Coalition avenir Québec, qui milite depuis longtemps pour la libéralisation du marché de l’alcool, souhaite aussi que le gouvernement prenne enfin position.

«Je pense qu’on mérite d’avoir l’heure juste», a dit François Bonnardel à TVA Nouvelles.

— Avec Alain Laforest, TVA Nouvelles