/world/pacificasia
Navigation

11 soldats tués par des rebelles maoïstes

INDIA-KASHMIR-PAKISTAN-UNREST
AFP / Tauseef Mustafa

Coup d'oeil sur cet article

RAIPUR, Inde |  Onze membres des commandos paramilitaires ont été tués samedi dans le centre de l'Inde par la rébellion maoïste, nouvel incident meurtrier d'un conflit intérieur qui dure depuis un demi-siècle.

Les troupes étaient en chemin pour assurer la protection du chantier de construction d'une route lorsqu'elles ont été assaillies par des hommes armés, a indiqué un responsable de la police de l'État du Chattisgargh.

«Nous pouvons confirmer que 11 membres des forces de sécurité ont perdu la vie dans une embuscade perpétrée par des rebelles maoïstes dans le district de Sukma», a déclaré à l'AFP Sundarraj P., un responsable policier.

Trois soldats ont été grièvement blessés dans l'attaque du convoi et des hélicoptères ont été déployés pour les évacuer.

Le ministre de l'Intérieur Rajnath Singh va se rendre sur place pour suivre la situation, a indiqué le Premier ministre Narendra Modi dans un tweet.

Partie d'une jacquerie paysanne dans un village du Bengale occidental en 1967, la guérilla maoïste, désormais repliée dans un «corridor rouge» de forêts du centre de l'Inde, combat New Delhi et les autorités locales par les armes depuis un demi-siècle.

La rébellion puise son énergie dans la colère des populations oubliées ou aliénées par le développement.

La résilience de l'insurrection naxalite avait poussé, en 2010, le Premier ministre de l’époque, Manmohan Singh, à la qualifier de «plus grave menace à la sécurité intérieure de l'Inde.»

Depuis 1980, plus de 15 000 personnes ont perdu la vie dans ce conflit, selon des chiffres du gouvernement indien.