/sports/opinion/columnists
Navigation

Enfin de retour à domicile

L’absence d’Alexander Radulov a paru lors du dernier match contre les Flames.
Photo Martin Chevalier L’absence d’Alexander Radulov a paru lors du dernier match contre les Flames.

Coup d'oeil sur cet article

L’absence d’Alexander Radulov fait mal chez le Canadien et ça s’est reflété dans la défaite face aux Flames de Calgary. Le Canadien a de la difficulté à marquer des buts et Claude Julien doit trouver un deuxième trio stable.

Les Flames ont complètement déclassé le Canadien en étant impressionnants à tous les niveaux. On comprend mieux pourquoi ils avaient sept victoires de suite, c’est une équipe bien balancée, rapide, robuste et talentueuse.

Un joueur comme Radulov, on peut le remplacer à court terme, mais à moyen et long terme, ça va devenir difficile. Puis, il est évident que le plan de match de l’adversaire est de neutraliser Max Pacioretty. Leurs chances de gagner sont ainsi supérieures. C’est pourquoi Claude Julien doit trouver un deuxième trio qui va aider l’équipe.

Long séjour au Centre Bell

La prochaine semaine du Canadien s’annonce intéressante. Détour par Edmonton, demain, avant de revenir à la maison où il disputera sept de ses huit matchs suivants. C’est une façon de bien se préparer en prévision des séries éliminatoires. Le Canadien va rencontrer quatre équipes éliminées durant cette séquence, mais en jouera trois contre les Sénateurs.

Cette série de matchs contre les hommes de Guy Boucher déterminera la première position de la division Atlantique. Selon moi, la rivalité va atteindre un niveau assez fort avec la présence des joueurs ajoutés à la date limite des transactions. Trois parties en 10 jours, ça va être intéressant de voir comment les deux équipes vont se comporter, comment les hommes forts vont se comporter, avec Chris Neil d’un bord et Steve Ott de l’autre. La discipline va être cruciale alors que le niveau d’intensité va augmenter.

Nouveaux joueurs sous la loupe

Les Sénateurs jouent d’ailleurs du bon hockey présentement. Et même si Brent Burns risque de mettre la main sur le trophée Norris, Erik Karlsson joue du hockey extraordinaire. Il est la bougie d’allumage des Sens, littéralement, et il m’impressionne. J’aime le voir contrôler la rondelle, le voir patiner avec élégance et fluidité. Quelque part, il me fait penser à Paul Coffey. Oui, il commet des revirements, mais on s’en fout. Les entraîneurs savent qu’il va faire gagner beaucoup plus de matchs qu’il va en faire perdre.

Chez le Canadien, on évalue graduellement le niveau des nouveaux éléments qui se sont greffés à l’équipe. Je ne dirais pas que Ott fait partie des surprises, mais il donne ce qu’il devait donner. Jordie Benn s’avère une agréable surprise. Et à mon avis, le joueur qui connaît le plus de difficultés, c’est Dwight King, alors qu’on a beaucoup fait allusion au fait qu’il a gagné deux coupes Stanley.

Claude Julien a laissé de côté Emelin cette semaine. Parfois, quand tu laisses un vétéran de côté, tu peux t’attendre à des répercussions parce qu’il est fâché et contrarié. Emelin me donnait l’impression d’être un athlète dérangé par la situation, jeudi. Il n’a pas joué un grand match et il ne s’est pas vraiment impliqué.

Un petit mot pour signifier à quel point le Canadien change de visage sans Price dans l’alignement partant. On l’a vu face aux Flames. Même si Montoya n’a pas été mauvais, on a toujours l’impression qu’il manque quelque chose au Canadien. Price, c’est le joueur clé. Il ne faut vraiment pas qu’il s’absente trop souvent.

— Propos recueillis par Roby St-Gelais

Les échos de Bergie

Une rencontre inutile

J’ai été assommé de constater que rien n’a été présenté à la rencontre des directeurs généraux durant la semaine en Floride concernant la protection des gardiens de but et les coups à la tête. Ce sont pourtant des sujets qui avaient été abordés l’an dernier. À la place, on a parlé d’idées farfelues, comme la possibilité d’organiser une mise au jeu au centre de la zone défensive ou de retirer le temps d’arrêt à l’équipe forçant un dégagement... Ce n’est pas ça qui va améliorer le hockey!

Le dossier des Jeux olympiques n’a pas progressé. Mais je demeure persuadé que les joueurs de la LNH seront en Corée du Sud, l’hiver prochain. Il faut se rappeler que la décision d’envoyer les joueurs à Sotchi avait été confirmée à l’été précédant les Jeux. Il y a encore du temps. Pour le hockey et la LNH, c’est une vitrine extraordinaire. Imaginez. Crosby et McDavid réunis, ce serait un peu comme Gretzky et Lemieux.

Thornton, une grande carrière

Quelle carrière exceptionnelle de Joe Thornton qui a amassé dans les derniers jours sa 1000e passe en carrière. J’entendais Marc-Édouard Vlasic, qui le vantait avec des éclairs dans les yeux. Au début de sa carrière, Pat Burns m’avait confié qu’il connaîtrait une carrière extraordinaire. Thornton était sur le quatrième trio et Pat avait insisté pour qu’il reste à Boston alors que Harry Sinder, le directeur général, voulait le renvoyer dans les ligues mineures. Si Pat était toujours vivant, il serait sans aucun doute content de la carrière.

Injustice pour Mantha

C’est épouvantable que les Red Wings n’aient pas habillé Anthony Mantha, hier soir, face aux Blackhawks. Quelle injustice! Certes, il a été responsable d’un but des Bruins dans le dernier match, mais il est le deuxième meilleur marqueur de l’équipe avec 33 points. Il est victime du même sort qu’a subi Jonathan Drouin, l’an passé. Nos Québécois sont moins nombreux dans la LNH et je refuse de fermer les yeux là-dessus.