/weekend
Navigation

L'ultime pouvoir

L'ultime pouvoir
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Benoît McGinnis prendra les traits de l’empereur romain Caligula dans une version modernisée de la pièce d’Albert Camus. L’acteur sera entouré d’une distribution imposante pour porter sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde la vie et la chute de ce tyran au pouvoir suprême.

C’est Benoît McGinnis, qui a fait sa marque au théâtre depuis quelques années, qui a lancé l’idée au metteur en scène René Richard Cyr de monter Caligula­­. Ensemble, ils ont frappé­­ à la porte­­ de Lorraine Pintal, directrice artistique du TNM, pour proposer le projet. «Je n’avais pas travaillé avec René­­ Richard depuis la pièce Le Chant de Sainte Carmen de la Main», ­rappelle Benoît McGinnis.

La pièce, qui a été créée en 1945, sera campée dans un contexte plus moderne dans ­cette nouvelle version du TNM. «Nous serons dans une époque très moderne», confirme Benoît McGinnis, qui a lu les premières œuvres de Camus durant ses études collégiales. «Le propos de la pièce est d’ailleurs très ­actuel.»

De la démesure

Ce qui ressortira de la pièce, c’est principalement la déme­sure qui caractérisait l’homme de pouvoir. «Au départ, je considérais Caligula comme un tyran­­, un fou, qui tuait tout le monde et qui gouvernait selon ses impulsions, confie le comédien. À la première lecture, on ne comprend pas toute la profondeur et toutes les subtilités du texte.»

Depuis, Benoît McGinnis ­p­erçoit Caligula différemment, expliquant que le tyran était ­aimé à ses débuts. Si Caligula avait gagné la faveur du peuple romain, les choses ont vite ­dégénéré. Il tuait qui bon lui semblait et il faisait également torturer des gens.

«C’est lorsque sa sœur Drusilla est décédée qu’il a commencé à disjoncter», souligne l’acteur. L’empereur était profondément amoureux de sa sœur, avec qui il avait une relation incestueuse.

Devant ses responsabilités, ­Caligula n’avait d’autre choix que d’aller de l’avant, mais chaque geste est posé dans une démesure incommensurable. «Je comprends son parcours et sa révolte, même si je ne l’endosse pas», ­indique Benoît ­McGinnis.

Une fin tragique

Heureusement, le règne du ­tyran aura duré moins de quatre ans. «Il aura pratiquement tué tout le ­monde ­autour de lui pour finalement constater que ce n’était pas la meilleure chose à faire», fait remarquer le comédien. ­L’empereur sera assassiné à ­Rome à l’âge de 28 ans par ses soldats.

Caligula

  • Auteur: Albert Camus
  • Mise en scène: René Richard Cyr
  • Distribution: Chantal Baril, Éric Bruneau, Louise Cardinal­­, Normand Carrière, Jean-Pierre Chartrand­­, Sébastien Dodge, Benoît Drouin-Germain­­, Milène Leclerc, Jean-Philippe Lehoux, Macha ­Limonchik, Benoît McGinnis, Frédéric Paquet­­, Étienne Pilon, Denis Roy et Rebecca Vachon.
  • Du 14 mars au 8 avril 2017 (en ­supplémentaires jusqu’au 11 avril)
  • Au TNM