/lifestyle/books
Navigation

Transmettre un savoir sur la route propre à chacun

Transmettre un savoir sur la route propre à chacun
Photo courtoisie, Martine Doyon

Coup d'oeil sur cet article

Dans un nouveau carnet remarquable, La liberté des savanes, l’acteur et écrivain Robert Lalonde nous fait voir la nature dans ce qu’elle a de plus beau, en s’adressant à un jeune homme de 17 ans — le fils de son voisin — qui vient de s’enlever la vie. Il lui répète à quel point il aurait voulu lui parler, être son mentor, transmettre ce que la vie lui a appris.

Robert Lalonde ouvre les portes de son atelier, de sa bibliothèque, et partage avec une grande générosité ce qu’il sait. On se promène entre l’ombre et la lumière, entre la tendresse et les choses difficiles, vivant toutes la palette­­ des émotions sous sa plume parfaite.

Il évoque la nature, les paysages d’automne et d’hiver, parle de ses propres expériences, évoque les grandes figures de la littérature. Il sonde le cœur et l’âme humaine, tente d’expliquer l’inexplicable, trouve les mots justes pour les sujets graves et difficiles.

Robert Lalonde avait déjà commencé à travailler sur son livre lorsque le décès du fils de son voisin est survenu. Ce qui a fait bifurquer le propos. «Ça m’a ramené à mon adolescence à moi, à tous mes rapports avec mes étudiants pendant les années où j’ai enseigné, toute cette impatience des jeunes gens par rapport au fait de voir les choses survenir tout de suite», partage-t-il en entrevue.

Robert Lalonde<br>
La liberté des savanes. Éditions Boréal, 180 pages
Photo courtoisie
Robert Lalonde
La liberté des savanes. Éditions Boréal, 180 pages

Des étapes à traverser

Il note que la société a un rapport «radical­­ pour rien» avec l’échec – quand les choses ne vont pas à notre guise. «On a l’impression que les choses sont finales­­ alors que ce sont des étapes difficiles à traverser, mais qu’on doit tra­verser. On a un rapport avec la souffrance qui est assez névrotique: on a l’impression que tout devrait toujours aller bien. C’est pas le cas.»

«On a tellement de diktats qui nous viennent à gauche, à droite, de gens qui se mêlent de nous dire ce qu’il faudrait faire pour être heureux et comment on devrait s’y prendre. Et que le bonheur nous est accessible si on fait ceci ou cela. On peut facilement, surtout adolescent, croire qu’on n’est vraiment pas sur la bonne voie et qu’on n’y arrivera jamais­­.»

Il poursuit. «Je ne blâme pas spécialement ce garçon-là. Je blâme un petit peu notre façon de voir les choses, en ce moment. Je trouve ça violent même par moments, et difficile, et inutile de donner aux gens des impressions qu’ils sont dans le mauvais chemin et qu’ils ne prennent pas les bonnes décisions. Ça appartient à chacun: on n’est pas placé pour juger ça, ce qui se passe chez les autres.»

Chacun sa route

«C’est peut-être ça qui est le plus difficile: respecter la route qui est la nôtre. D’autant plus que je reviens de temps en temps sur mon adolescence à moi, parce que des tentations du genre, j’en ai eu aussi. L’impression que tout est bloqué, tout d’un coup, et que plus rien n’est possible. Ça arrive. Mais le soleil se lève le lendemain et c’est autre chose. C’est là où je parle de patience: à un moment donné, il faut simplement être patient.»


  • Robert Lalonde est écrivain et acteur. Il a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles et a obtenu de nombreux prix.
  • Il rencontrera les visiteurs du Salon du livre de Trois-Rivières et au Salon international­­ du livre de Québec.
  • Il fera un caméo dans le film C’est le cœur qui meurt en dernier, adapté de son livre. «Le film est très beau, très émouvant.»
  • On le retrouve dans la série Au secours de Béatrice, dans le rôle de Christophe Clément.