/entertainment/shows
Navigation

Une œuvre spectaculaire

Another Brick in the Wall – L’opéra est une adaptation impressionnante du travail de Roger Waters

Coup d'oeil sur cet article

Intense, grandiose, imposant et viscéral, Another Brick in the Wall – L’opéra est bien plus qu’un simple spectacle musical. Le metteur en scène Dominic Champagne propose une véritable expérience théâtrale, spectaculaire en tous points.

Du rock à l’opéra

Dans un nouvel enrobage (lyrique, plutôt que rock), l’œuvre originale de Pink Floyd et Roger Waters n’en devient pas moins percutante. Au contraire.

Les paroles ultraconnues du mythique album The Wall commandent à nouveau l’attention, permettant aux spectateurs d’en redécouvrir chaque phrase, chaque mot, chaque syllabe.

Le récit, celui d’une rock star qui cherche par tous les moyens de s’isoler du reste du monde en érigeant un mur entre lui et tous ceux qui l’entourent, n’a lui non plus rien perdu de son impact. Force est de constater que, près de 40 ans après sa création, il résonne toujours aussi fort et demeure d’actualité dans le contexte social d’aujourd’hui.
 

La famil­le est un thème important de Another Brick in the Wall – L’opéra.
Photo Martin Chevalier
La famil­le est un thème important de Another Brick in the Wall – L’opéra.

Une mise en scène impeccable

Avec ses 8 solistes, 46 choristes et 20 figurants, l’équipe qui évolue sur les planches est réellement imposante. Pourtant, à aucun moment n’a-t-on l’impression que cette scène est surchargée ou encombrée. Le metteur en scène Dominic Champagne a fait un travail d’une infinie minutie où transparaît un souci du détail évident. 

Le spectacle réunit 8 solistes, 46 choristes et 20 figurants.
Photo Martin Chevalier
Le spectacle réunit 8 solistes, 46 choristes et 20 figurants.

Plein la vue

Dès les premières minutes du spectacle Another Brick in the Wall – L’opéra, il est clair que Dominic Champagne a tout mis en œuvre pour nous en mettre plein la vue. Éclairages psychédéliques, projections omniprésentes, décors amovibles et costumes somptueux (surtout pour la finale) viennent rehausser la facture visuelle du spectacle. Et le résultat est franchement impressionnant. 

Une œuvre dense

L’œuvre de départ, The Wall, n’a rien de simple. Sur scène, le récit dense et complexe devient par moments difficile à suivre pour ceux qui n’en connaissent que les grandes lignes. Même si son caractère touffu fait partie intégrante de son attrait et de son mérite, il aurait par moments bénéficié d’être simplifié pour les néophytes afin qu’ils ne perdent pas le fil. 

Le climat de guerre affecte grandement les personnages mis en scène.
Photo Martin Chevalier
Le climat de guerre affecte grandement les personnages mis en scène.

Étienne Dupuis

On s’en voudrait de ne pas souligner la performance d’Étienne Dupuis dans le rôle principal. Le baryton a non seulement une présence magnétique sur scène, mais sa voix d’une incro­yable puissance, nous a soufflés à plusieurs occasions. Le succès du spectacle repose en grande partie sur ses épaules et il le porte avec une aisance désarmante. 

Le verdict

Another Brick in the Wall – L’opéra a beau être une œuvre complexe et parfois difficile d’approche, elle demeure hautement impressionnante. Une production montréalaise, mais de calibre international. Il y a de quoi être fier.