/opinion/blogs/columnists
Navigation

La vraie nature de Gabriel

POL-NADEAU-DUBOIS-CANDIDAT
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce de Gabriel Nadeau-Dubois, pour devenir candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Gouin et l’un des futurs porte-paroles de la formation politique, n’a laissé personne indifférent et a joui d’un battage médiatique exceptionnel. En l’écoutant annoncer ses intentions, il m’est venu à l’esprit cette phrase que nous répétions, en certaines occasions, dans ma vie syndicale: « toujours déçu, jamais surpris ». C’est exactement ce que j’ai ressenti, déçu par l’arrogance et la mesquinerie, mais pas surpris par la suffisance et l’intransigeance, car je me rappelais cette longue nuit où les présidents des centrales syndicales tentèrent de rapprocher le gouvernement et les associations étudiantes durant le printemps érable.

Dans la foulée de sa tournée « Faut se parler », j’ai momentanément crû que l’étudiant révolutionnaire avait acquis un certain pragmatisme qui l’amènerait sur un terrain politique plus réaliste, mais je me suis royalement fourvoyé. Digne de la tradition marxiste-léniniste latente chez Québec solidaire, Gabriel a choisi de ne faire aucun compromis sur ses objectifs qu’il a élevés au rang de principes et il s’associe à une formation politique en quête d’un rédempteur pour la sortir du plateau sur lequel elle stagne depuis sa création. Il pourra ainsi conserver son image de pureté en risquant de ne jamais être embêté par les contingences du pouvoir dans un Québec de plus en plus populisme et à droite.

Québec solidaire courtisait l’ex-leader étudiant depuis belle lurette et sa lenteur à se laisser séduire m’a laissé penser qu’il réfléchissait à la meilleure façon d’avoir un impact qui permettrait de faire avancer ses idées de gauche et d’indépendance au lieu de contribuer à prolonger le règne des libéraux. Ne reculant devant rien pour attirer la recrue Dubois-Nadeau, il semble que QS serait prêt à modifier ses statuts au regard de la nomination de ses deux porte-paroles. Il s’en tiendrait à la notion de militants, ce qui pourrait permettre à deux parlementaires d’être coporte-paroles, ménageant du coup les susceptibilités de Manon Massé.

Une grande part de ma déception tient au fait que je partage son idéal, mais qu’il m’apparaît prendre le chemin qui nous en éloigne pour la prochaine décennie. Aucun observateur sérieux de la scène politique ne croit que la venue de Gabriel Nadeau-Dubois n’ébranlera ni les colonnes du temple libéral ni celles des caquistes. Malgré le ton moralisateur qui émane du bureau du premier ministre pour rappeler le passé « carré rouge Nadeau-Dubois » et son refus de condamner la violence, Philippe Couillard doit rire dans sa barbe en voyant si belle occasion d’érosion dans le vote péquiste. François Legault éprouve sûrement la même jubilation en sachant que Québec solidaire constituera une plus grande force de nuisance contre le PQ, ce qui pourrait éventuellement lui profiter.

Gabriel Nadeau-Dubois reproche à Jean-François Lisée de trop verser dans la tactique au point d’en perdre ses principes. Je ne sais pas à quelle enseigne tactique il loge la main tendue du PQ pour la convergence. Cependant, face à la gifle servie par le nouveau candidat, le chef péquiste donnera une impression de faiblesse s’il tend l’autre joue et il aboutira au palmarès des mauvais tacticiens, même s’il veut démontrer la mauvaise foi de QS dans sa quête d’indépendance et de société progressiste.