/sports/opinion/columnists
Navigation

Rencontre d’amour annulée

Partie vendredi de la Chine, où elle avait une compétition, la plongeuse Jennifer Abel croyait bien pouvoir assister au combat de son chum David Lemieux. Mais elle a raté le rendez-vous parce qu’un de ses vols a été annulé.
Photo d’archives Partie vendredi de la Chine, où elle avait une compétition, la plongeuse Jennifer Abel croyait bien pouvoir assister au combat de son chum David Lemieux. Mais elle a raté le rendez-vous parce qu’un de ses vols a été annulé.

Coup d'oeil sur cet article

VERONA, New York | Jennifer Abel aura fait l’impossible pour venir encourager David Lemieux. Après avoir gagné l’argent à Guangzhou, en Chine, vendredi, la plongeuse s’était acheté un billet de retour Guangzhou-Beijing-Toronto-Syracuse.

Si tout se passait bien, elle devait atterrir à 21 h 30, hier soir à Syracuse. Eyes of the Tiger Management avait déjà prévu qu’un chauffeur l’attendrait à l’aéroport pour la conduire à toute vitesse au Turning Stone Casino de Verona à temps pour le combat de son chum à minuit.

Les filles de EOTTM étaient fébriles. Claudia et Virginie avaient beau être débordées de travail, une histoire d’amour a toujours eu le don de faire battre les cœurs un peu plus vite. Et un chroniqueur se disait que c’était un moment qu’il valait la peine de raconter. Le voyage, l’affreux décalage horaire, les succès en Chine et le défi de David...

Il était 20 h quand Claudia Marisol est venue me trouver à la table des médias. Elle avait les yeux tristes: «On vient d’apprendre qu’un des vols de Jennifer a été annulé. Je fais revenir mon chauffeur, elle ne sera pas là ce soir», a-t-elle dit.

Quand même, juste qu’une fille ait essayé, un gars peut se dire choyé dans la vie...

LEMIEUX SAUTE LA PESÉE

Décidément, les histoires de pesée continuent de hanter David Lemieux. Parce qu’il y avait un titre mineur de l’International Boxing Federation à l’enjeu, on a finalement décidé d’imposer une deuxième pesée hier matin entre 8 h et 9 h.

Les dirigeants de l’IBF ont discuté de cette pesée pendant trois réunions au cours des derniers jours. En changeant d’opinion d’une fois à l’autre.

Même Camille Estephan avait oublié cette pesée ridicule puisque la pesée officielle avait été tenue à 17 h la veille.

Le mot d’ordre a été clair et net. Tout le monde reste couché et l’IBF s’arrangera avec son titre. Y a toujours une maudite limite.

Il faut comprendre que la réhydratation des boxeurs doit suivre un protocole très précis. Quand elle commence à midi, cette réhydratation peut se faire plus lentement. Mais à compter de 17 h 30, comme c’est le cas cette fois-ci, on est plus pressé.

Pas question de se stresser une deuxième fois.

ON VEUT MICHEL HAMELIN

Cette fois, c’était la goutte qui faisait déborder le vase. Tellement que le promoteur Camille Estephan aimerait que la régie québécoise permette à Michel Hamelin de suivre les boxeurs québécois à l’étranger.

Il est prêt à le demander officiellement. C’est évident que Hamelin n’aurait pas de pouvoir légal à Verona, à Vegas ou à New York, mais Hamelin est connu dans le milieu de la boxe inter­nationale et il jouit d’une énorme crédibilité. De plus, il a de la prestance et il est capable d’en imposer aux étranges tôtons qu’on rencontre aux États-Unis.

Le promoteur qui veut poser des questions est reçu avec suspicion par les Amerloques qui ont tout inventé depuis Noé. Sans doute qu’un officiel reconnu au Canada pourrait avoir plus d’influence.

Cette semaine, c’est simple, le clan Lemieux s’est fait planter dans tous les points contestés.

Et puis, la protection des Québécois s’étend au sud de Lacolle.

RÉNALD BOISVERT ET DONALD TRUMP

Rénald Boisvert, l’entraîneur de Junior Ulysse et de Steven Butler, n’a jamais eu de problème à venir aux États-Unis.

Sauf que le Donald n’était pas président des États-Unis.

Il était 22 h jeudi quand M. Boisvert a été stoppé aux douanes. Stoppé et retenu. Puis, renvoyé chez lui.

Il semblerait que ce soit une quittance manquante dans une vieille affaire de pension remontant à 20 ans et réglée à l’amiable, qui soit apparue sur l’écran du douanier. Et M. Boisvert, un ancien avocat capable de tenir son bout dans un débat, aurait un peu trop argumenté.

En ces jours de grande fébrilité dans tout ce qui touche la sécurité américaine, le douanier lui a alors refusé l’entrée aux États-Unis.

M. Boisvest va donner de plus amples explications aujourd’hui.

Sauf qu’Ulysse n’avait pas de coach dans son coin pour son difficile combat, hier soir. C’est Samuel Décarie qui s’est porté volontaire pour dépanner le jeune boxeur: «Junior a beaucoup boxé dans les rangs amateurs. C’est très fréquent qu’on ne puisse pas compter sur son coach, en boxe amateur, ce n’est pas une catastrophe», de dire le beau Sam.

DANS LE CALEPIN

Remarqués sur le plancher, le doc Mailloux et Michel Langevin du 91,9. Il ne semblait pas être un client du doc...