/world/middleeast
Navigation

Yémen: des femmes entament un sit-in contre la guerre

Yémen: des femmes entament un sit-in contre la guerre
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs dizaines de femmes yéménites ont entamé mardi à Sanaa un sit-in de trois jours pour protester contre la poursuite de la guerre qui déchire leur pays depuis deux ans, a constaté un photographe de l’AFP.

Rassemblées devant le siège de l’ONU dans la capitale contrôlée par les rebelles chiites Houthis, des femmes et des filles de tous âges ont réclamé la levée du blocus aérien et naval imposé par une coalition militaire arabe sous commandement saoudien sur les zones tenues par les insurgés. Elles portaient les couleurs rouge, blanche et noire du drapeau yéménite et chantaient l’hymne national.

«Nous sommes ici pour parler au nom des femmes du Yémen qui appellent à la paix -- la vraie paix, pour nous et nos enfants», ont expliqué les participantes à ce sit-in dans un communiqué en arabe.

«Sous nos yeux, nous voyons nos familles perdre leurs maisons, nos hommes perdre leur vie, nos enfants perdre leur avenir», ont-elles ajouté. «Nous assistons à la destruction de notre société, la majorité de notre peuple étant en train de passer sous le seuil de pauvreté».

Sur des banderoles, elles ont appelé l’ONU à exercer des pressions sur l’Arabie saoudite et les autres membres de la coalition pour «faciliter l’entrée de l’aide alimentaire et des médicaments» au Yémen, confronté une grave crise humanitaire.

Le Yémen est actuellement le théâtre de la «pire crise humanitaire au monde», selon l’ONU.

Deux tiers de la population --18,8 millions de personnes-- ont besoin d’assistance et plus de sept millions de Yéménites «ignorent d’où proviendra leur prochain repas», selon le secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des Affaires humanitaires, Stephen O’Brien.

Les protestataires ont commencé dans l’après-midi à dresser des abris de fortune et de petites tentes pour se préparer à passer leur première nuit devant le siège de l’ONU, selon l’une des animatrices de cette manifestation, Leila Lotf.

Des sit-in de protestation se sont multipliés à Sanaa, que les rebelles contrôlent depuis qu’ils ont lancé en 2014 leur coup de force contre le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Depuis l’intervention de la coalition arabe en mars 2015 en soutien aux forces pro-Hadi, le conflit au Yémen a fait près de 7700 morts, majoritairement des civils, et plus de 42 500 blessés, selon l’ONU.

À Paris, où il s’est entretenu avec le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, l’émissaire de l’ONU pour le Yémen Ismail Ould Cheikh Ahmed a déploré que les belligérants refusent de s’asseoir à la table des négociations et s’est inquiété de l’escalade des opérations militaires.