/news/health
Navigation

Une journée «exceptionnelle»: toutes les ambulances disponibles sont sur la route

Toutes les ambulances disponibles sont sur la route

Bloc ambulance
Photo Archives / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Routes enneigées, pelletage pour sortir les civières, nombreux accidents et chutes: les paramédicaux de la grande région de Montréal travaillent «d’arrache-pied» en cette journée «exceptionnelle» causée par la tempête des dernières heures.

«Plus la journée avance, plus on va être occupés», avoue Stéphane Smith, chef aux opérations à Urgences-Santé, qui couvre les territoires de Montréal et Laval.

Plus de trafic

«Les paramédics ont travaillé d’arrache-pied toute la nuit et ce matin, ajoute-t-il. Avec la circulation qui augmentera aujourd’hui, le nombre d’accidents va aussi augmenter.»

Depuis le début de la tempête hier après-midi, le nombre d’appels pour les services ambulanciers est en hausse, confirment les services d’urgence contactés par Le Journal.

Au service ambulancier CETAM, qui couvre la moitié de la Montérégie (de Longueuil à Rigaud), 25 transports avec blessés ont été effectués hier.

«Il y a eu beaucoup de sorties de route et d’accidents, dit Julien Sauriol, relationniste. Ça semble aller un peu mieux ce matin, mais on ne peut pas savoir encore.»

Pour compenser, la CETAM a ajouté cinq véhicules de plus sur la route. À Urgences-Santé, on assure que toutes les ambulances disponibles sont actuellement sur la route.

«C’est une journée exceptionnelle, avoue M. Smith. On est au maximum de ce qu’on peut mettre sur la route.»

Heureusement, les paramédicaux n’ont pas rapporté d’incident malheureux lié à la tempête jusqu’ici.

Pelletage obligatoire

Parmi les principales difficultés, les paramédicaux ont du mal à circuler dans certains quartiers enneigés comme le Plateau Mont-Royal, où les rues sont très étroites. Souvent, ils doivent pelleter et épandre du sel jusqu’à la porte du domicile du malade pour pouvoir sortir la civière en sécurité.

Évidemment, toutes ces opérations rallongent les délais d’intervention.

«En temps normal, on manque déjà de véhicules, alors c’est évident que les temps de réponse sont augmentés aujourd’hui», confirme Benoit Cowell, président du syndicat de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier, qui couvre plusieurs villes dans la région métropolitaine.

«Mais, on ne reçoit pas de bêtises des gens, ils sont compréhensifs.»

Rendez-vous reportés

À Montréal, des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) ont reporté certains rendez-vous médicaux à domicile non urgent. Les patients sont priorisés, et l'on assure que tous les gens qui ont des besoins particuliers seront traités.


Vous n'avez pu vous rendre à l'hôpital en raison de la tempête? Vous ne recevrez pas de soins à domicile aujourd'hui à cause de la météo? Vous pouvez écrire à notre journaliste Héloïse Archambault à l'adresse suivante: heloise.archambault@quebecormedia.com.