/lifestyle/hangout
Navigation

Les coups de cœur de... France D’Amour

Semaine gourmande de France D'Amour
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

On connaît la chanteuse France D’Amour pour son côté rockeur et rebelle. ­L’interprète du succès Animal nous dévoile son côté foodie et amoureuse de la ­nature. La semaine prochaine, la star donnera une conférence sur sa prise de conscience en matière d’écologie et d’alimentation bio, dans le cadre de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert 2017. Voici donc les adresses montréalaises préférées de la vedette québécoise.

Le restaurant favori ?

Le Toqué!
Photo courtoisie
Le Toqué!

Je ne serai pas originale en vous le disant, mais je dirai Le Toqué! C’est tellement parfait. Le service et la qualité de la nourriture rendent cette ­expérience culinaire unique. Aussi, il y a le restaurant de la rue Laurier qui s’appelle Phayathai, qui se spécialise dans la gastronomie thaïlandaise. L’assiette de crevettes à l’ail avec le riz au jasmin est ­extraordinaire. Le poulet aux arachides est aussi très ­savoureux. Je vous dirais même que c’est le meilleur en ville. Ce n’est pas vraiment cher et j’adore y aller.

Un endroit où ­prendre un verre ?

Grenade Bar
Photo courtoisie
Grenade Bar

J’aime beaucoup la terrasse du Grenade Bar, rue Ontario. On peut y aller presque en tout temps. La terrasse est chauffée lorsqu’il fait plus froid. On peut aussi y prendre de petites bouchées. J’aime l’ambiance. Il y a toujours du monde et de la bonne ­musique.

L’activité préférée ?

J’adore le vélo. Les randonnées à vélo me donnent un sentiment d’exaltation. En ville, je regarde les maisons des gens en toute subtilité. C’est furtif et ça me réjouit de voir toute cette vie à Montréal. De plus, cela me fait bouger et j’ai aussi ­l’impression de découvrir toujours une nouvelle facette de Montréal. J’aime aussi faire du vélo en nature. C’est très zen et très beau.

L’adresse secrète à découvrir ?

J’ai découvert dernièrement un nouveau ­restaurant de l’avenue du Parc, qui s’appelle La Petite Maison. J’adore faire la tournée des bons restaurants avec une amie et j’ai tellement bien mangé à cet établissement. On a bu du ­champagne et on a goûté à plusieurs bons ­petits plats. C’est mignon, comme endroit et ­chaleureux. C’est sûr que je vais y retourner!

L’événement culturel le plus couru ?

France D’Amour au Festival de Jazz
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
France D’Amour au Festival de Jazz

Je n’ai pas le choix de dire le Festival international de Jazz de Montréal. Il y a toujours des découvertes à faire. Le jazz, aujourd’hui, ce n’est plus trois noms, c’est large, le jazz! Il y a une étendue de générations pour le jazz qui est maintenant plus diversifiée. C’est une musique de liberté. C’est enivrant pour moi.

Si j’étais maire de Montréal, je...

Je changerais tout le système de filtrage d’eau. Je crois que le système de purification par osmose inversée devrait être installé. C’est sûr que cela coûterait une fortune, mais on n’aurait plus de problèmes ­d’intoxication par l’eau. Cela n’a pas de bon sens de mettre une tonne de chlore à cause du rejet des produits pharmaceutiques dans les eaux usées. Pour moi, dans le monde idéal, l’osmose inversée nous donnerait l’eau la plus pure au monde. Il n’y aurait plus de danger.

Que possède Montréal que les autres villes n’ont pas ?

Le pont Jacques-Cartier
Photo Chantal Poirier
Le pont Jacques-Cartier

Avez-vous remarqué le pont Jacques-­Cartier illuminé? C’est magnifique! C’est un beau projet qui nous différencie du reste du monde. En tant que foodie, lorsque tu voyages, tu dois avoir de bonnes recommandations. Tandis qu’ici, la qualité de la bouffe des restaurants est plus élevée ­qu’ailleurs. Je dois aussi dire que le Québec est un pays d’artistes. On est tellement choyé dans tous les domaines culturels. Je trouve ­également qu’il fait bon vivre ici, comparativement à bien des pays en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine.

Le plus beau souvenir de la métropole ?

J’ai joué sur la grosse scène du Festival de jazz dans le Quartier des spectacles. C’était gros pour moi, car c’était comme une ­acceptation du monde du jazz et une tape dans le dos. Cela va laisser une marque ­indéniable dans mon cœur, car on m’avait étiquetée dans le domaine du rock. Je pense d’ailleurs au parc Maisonneuve et à ma participation, comme artiste, aux fêtes nationales. Pour finir, je dois mentionner que de cueillir des quenouilles en plein cœur de la ville, au mois d’août, au parc La Fontaine, me fait du bien. C’est fabuleux.