/news/transports
Navigation

Les patrouilleurs du MTQ n’ont pas eu de renforts

Les patrouilleurs du MTQ n’ont pas eu de renforts
Photo AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les patrouilleurs du ministère des Transports ont demandé des renforts à la suite du premier accident sur l’autoroute 13 mardi soir. En vain.

«Il n’y avait pas d’autres effectifs supplémentaires qui avaient été prévus pour pallier ou venir en aide durant cette tempête-là, a affirmé le président général du SFPQ, Christian Daigle, au cours d’une conférence de presse jeudi. Il n’y avait pas plus d’effectifs en préparation non plus de la part du ministère des Transports pour aider avec des patrouilleurs et des déneigeurs qui auraient pu, à ce moment-là, venir en soutien.»

Les patrouilleurs ont lancé un appel à l’aide vers 20 h pour fermer les bretelles d’accès et éviter la congestion qui allait suivre. «N’ayant pas les effectifs nécessaires pour pouvoir le faire, ils ont été obligés de se débrouiller tel qu’ils pouvaient le faire avec les effectifs réduits qu’ils avaient à ce moment-là», ajoute Christian Daigle.

Pour le syndicaliste, la faute revient ultimement aux ministres successifs qui ont imposé des compressions au MTQ. «Les commandes politiques, les coupures de budget, quand on dit que ça n’affecte pas la population, quand on a parlé d’austérité et qu’on a demandé au ministère de couper année après année et de rendre les mêmes services, c’est sûr et certain qu’il y a une responsabilité et, celle-là, elle est politique», dit-il.