/news/politics
Navigation

Tempête hivernale : Lisée et Legault demandent la démission de Laurent Lessard

Le ministre des Transports, Laurent Lessard
Photo Simon Clark Le ministre des Transports, Laurent Lessard

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les chefs de l’opposition Jean-François Lisée et François Legault demandent que Laurent Lessard quitte ses fonctions de ministre des Transports en raison du fiasco des automobilistes coincés sur l’autoroute 13 durant la tempête de neige.

M. Lisée accuse M. Lessard d’avoir «laissé tomber» les Québécois, et plus particulièrement, les centaines d'automobilistes qui sont restés prisonniers de leurs véhicules pendant 12 heures sur l’autoroute 13 à Montréal, dans la nuit de mardi à mercredi.

Le chef du PQ réclame du même souffle la tenue d’une «enquête administrative» pour faire la lumière sur le fil des événements. M. Couillard a finalement annoncé la tenue d’une «enquête externe».

«De toute évidence, sur toute la chaîne il y a eu des manquements graves. [...] Ces gens-là doivent répondre de leurs actes», a-t-il indiqué, en faisant référence, notamment, à la Sûreté du Québec, au ministère des Transports et au premier ministre du Québec.

«Nous devons savoir qui, à quel moment, n’a pas fait son travail», a-t-il réitéré.

Le chef de l’opposition officielle demande que l’enquêteur principal soit nommé conjointement par l’opposition et par le gouvernement et que le processus ne prenne que «quelques semaines».

Responsabilité

Le chef de la Coalition avenir Québec demande également la démission de M. Lessard.

«Le grand responsable c’est le ministre des Transports, il n’a pas été capable de gérer la situation, et il n’a pas la compétence pour faire ce redressement», a dit François Legault.

II a affirmé qu’«on sait déjà ce qui est arrivé» et qui sont les responsables et donc, qu’une enquête, telle que proposée par le PQ, n’est pas nécessaire.

«C’est un problème de gestion. Et ça commence par un bon ministre des Transports», a-t-il mentionné.

«C’est toujours la même chose au Québec. Ça fait 24 h [qu’on sait ce qui est arrivé], et le premier ministre ne nous a pas encore dit qui était responsable», a-t-il déploré.