/news/green
Navigation

Le « triangle blanc » vit au ralenti

Le secteur montérégien qui avait déjà été frappé par la crise du verglas a reçu cette fois-ci 70 cm de neige

Antoine Dumont ne savait plus où mettre la neige accumulée devant sa maison. L’homme de 80 ans a pelleté trois fois par jour depuis mercredi.
Photo Améli Pineda Antoine Dumont ne savait plus où mettre la neige accumulée devant sa maison. L’homme de 80 ans a pelleté trois fois par jour depuis mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Des villes situées dans le «triangle blanc» formé de Saint-Hyacinthe, Granby et Saint-Jean-sur-Richelieu seront au ralenti pour au moins une semaine, après avoir reçu jusqu’à 75 centimètres de neige mardi et mercredi.

«C’est incroyable, c’est du jamais-vu cette tempête de neige», mentionne Antoine Dumont, un résident de Saint-Jean-sur-Richelieu.

L’homme de 80 ans a pelleté trois fois par jour depuis mercredi matin pour dégager son entrée.

Le «triangle blanc» a été le secteur le plus touché par la tempête historique. Les villes situées entre Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Hyacinthe et Granby ont reçu de 60 à 75 cm de neige.

Située à proximité, la ville de Chambly n'a pas été épargnée, avec une accumulation de 70 cm.

Souvent touchés

Il y a 19 ans, M. Dumont avait réussi à fuir la crise du verglas, qui avait touché le même secteur.

À l’époque, on avait surnommé la région le «triangle noir», ayant été la dernière à retrouver l’électricité.

«Les caprices de dame Nature, on les a eus trois fois comme il faut. Le verglas en 1998, les inondations en 2011 et maintenant la tempête», rappelle Kim Brisebois, une autre résidente de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Lorsqu’elle s’est réveillée mercredi, Mme Brisebois était découragée par l’état des rues. Elle a rapidement dédramatisé la situation lorsqu’elle a vu le sourire sur les lèvres de ses enfants.

«Ça fait deux jours qu’on fait des batailles de neige. Avec les autres enfants du quartier, on a pelleté les cours de quelques parents», raconte-t-elle.

Écoles fermées

Les rues et trottoirs de la ville étaient encore trop enneigés jeudi. La Commission scolaire des Hautes-Rivières, qui couvre la Montérégie, a été contrainte de suspendre ses cours pour une deuxième journée de suite. Même chose pour la Commission scolaire anglophone Riverside, qui dessert la Rive-Sud.

 Des enfants profitent des hauts bancs de neige pour se livrer à des batailles de neige.
Photo Améli Pineda
Des enfants profitent des hauts bancs de neige pour se livrer à des batailles de neige.

À certains endroits de Saint-Jean-sur-Richelieu, les bancs de neige dépassaient la hauteur des VUS stationnés dans la rue, a constaté Le Journal.

Plusieurs commerces ont même décidé de fermer plus tôt que prévu puisque les clients se faisaient rares.

«Il n’y a pas de stationnement dans la rue, alors c’est certain que les gens sont moins portés à vouloir sortir», souligne Jonathan Deschamps du Pawn Shop Saint-Paul.

La Ville estime que l’opération de déneigement pourrait prendre jusqu’à neuf jours.