/lifestyle/food
Navigation

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Normand D’Amour est un passionné, un vrai, qui ne fait rien sans s’investir complètement. Que ce soit au petit écran, dans Rupture à Radio-Canada entre autres, ou encore au théâtre, actuellement en tournée pour la pièce L’emmerdeur, ou avec son bar-restaurant de jeux de société, le Randolph, il se donne à fond. 

Questionnaire gourmand

Présente-nous ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo Ben Pelosse

Ce n’est pas un accessoire décoratif, c’est une chose qui me tient à cœur, puisque c’est une poêle en fonte. Une vraie de vraie qui vient de ma mère. Je la revois encore faire des steaks à mon père. C’est fou, lorsqu’on y repense, comment les souvenirs de repas avec les parents génèrent de l’émotion, je t’en parle et j’ai des frissons. Je l’utilise tout le temps. Pour aussi faire la recette d’aujourd’hui.

As-tu d’autres accessoires qui facilitent la vie?

La microplane. Une râpe très fine dont je me sers pour tout. Le parmesan, les zestes d’agrumes, le chocolat, les épices... Franchement, c’est génial!

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi?

Je suis pour l’intégration de tous les invités, puisque c’est ou la famille ou les amis ou les deux. Bref, des proches. Alors, je peux aider? Oui. Mets la table, toi, épluche les légumes, et toi, ouvre le vin. Mais pour dire la vérité, ça se passe souvent autour de l’îlot de la cuisine. Pour moi, une soirée parfaite, c’est... apéro, bouffe, amis et on finit ça obligatoirement avec des jeux de société. Le plaisir, quoi, et la complicité!

Essayes-tu tes recettes avant de les servir à tes invités?

Pour le confit de canard, j’ai fait plusieurs essais pour finir par obtenir le bon résultat. Aujourd’hui, je l’apprête en salade tiède avec roquette, poire, un peu de poivron, des noix de Grenoble... On se régale.

Raconte-nous la réalisation culinaire dont tu es le plus fier?

J’ai reçu des amis dernièrement et je leur ai fait un foie gras poêlé avec des poires sautées, servi sur une petite salade de roquette. Puis un osso buco, ça sentait bon et en finale, un brownie maison, en gros format, que je dépose au centre de la table pour que tout le monde puisse piger dedans. C’est encore meilleur comme ça, c’est convivial. Tout le monde était bien heureux et moi aussi.

Dis-nous que tu rates les choses et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté?

Un jour au chalet, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai mis du jus de framboise dans les œufs brouillés. C’était affreux! Complètement raté.

Meilleure expérience culinaire à vie?

Les huîtres du restaurant Le Filet. Jalapeno et érable ou gratin de miso. Faut en manger au moins une fois dans sa vie. Ça m’a jeté à terre. Aussi, lors d’un voyage en Grèce, avec des amis, nous avons loué une maison avec nos enfants et nous avons mangé divinement bien. C’était d’une grande simplicité, mais les ingrédients et l’environnement étaient magiques.

Ça sentait quoi chez toi dans la cuisine lorsque tu étais petit?

Le matin, mon père mangeait du steak avec des œufs, des patates, ça sentait bon. Ma mère faisait aussi ses beignes roulés dans le sucre. Juste l’odeur, c’était fabuleux. Son père était pâtissier, alors, imagine les desserts et les gâteaux... Elle avait toutes ses recettes et faisait même le pain.

As-tu un rêve culinaire; un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster...?

Je rêve d’aller en Italie, je sais que la bouffe va me parler. J’aime tellement cette cuisine savoureuse, les pâtes, les sauces, les produits frais, le fromage, les charcuteries, le vin... Le bonheur!

Une chose que l’on découvrirait avec surprise de toi?

Bon, je vais dire un secret et je m’en confesse... Il faut toujours que j’aie la plus grosse portion. C’est un vrai caprice ridicule qui fait rire tout le monde dans mon entourage, et moi-même. Je suis tellement gourmand, qu’il me faut la plus grosse part de gâteau, de pizza, le plus gros morceau d’osso buco... Bref, c’est bien spécial mon affaire.

Son carnet d’adresses

Tes restos préférés?

Europea. Et je vais aller très bientôt au restaurant Mousso. J’ai bien hâte de découvrir ce restaurant dont on dit le plus grand bien.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête?

Le Filet. C’est vraiment bon.

Resto préféré pour tes sorties de chums de gars ou en groupe avec les amis?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo courtoisie

Le Randolph. Sincèrement, je ne peux pas faire autrement lorsque je suis avec ma gang. On vient ici, on mange,on prend un verre et on joue. C’est le bonheur en pleine convivialité.

Boutique gourmande préférée?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo courtoisie

Fous desserts. J’adore la place, les produits et les gens.

Vin préféré?

Le sancerre et le chablis. Je suis de plus en plus sur les blancs. C’est aussi un super apéro.

Produits chouchou?

Le sirop d’érable. Et je suis amoureux des poires, j’en mets partout.

Recette fétiche?

Grilled cheese, il y a tellement de variantes possibles.

Produit fétiche?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo Fotolia

Le gras de canard. Je prendrais un bain dans du gras de canard. (rire) Le foie gras pour moi, c’est divin. Donne-moi du canard et je suis au paradis.

De quoi ne peux-tu pas te passer?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo Ben Pelosse

Si un jour, je deviens végétarien, je vais quand même me garder le bacon. Ça te donne une idée de mon bonheur d’en manger. Mais du bon, du fait maison par un petit charcutier de métier.

Gourmandise coupable?

«Une soirée parfaite, ça doit finir avec des jeux de société»
Photo Fotolia

Pizza, j’en mangerais tout le temps. Pas pour rien que je veux aller en Italie.

Livre de recettes préféré?

J’aime le livre de Marilou, c’est facile et sincère.

Fromage préféré?

Le Pied-de-Vent, le gruyère de grotte, Alfred Le Fermier.