/news/education
Navigation

Une école autochtone rouvrira après que les élèves ont été malades

L’établissement aura été fermé trois jours à cause d’odeurs incommodantes

manawan
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une école de la communauté autochtone de Manawan, à près de 200 km au nord de Mont-Tremblant, rouvrira lundi après avoir été fermée trois jours parce que des élèves ont ressenti des malaises importants.

Nausées, maux de tête et étourdissements. Une trentaine d’élèves et plusieurs employés de l’école Simon P. Ottawa de la Manawan ont subi des malaises qui auraient été causés par des odeurs incommodantes ressemblant à celle du mazout.

Une firme spécialisée en hygiène industrielle s’est même rendue sur les lieux au cours de la journée d’hier afin d’effectuer des tests sur la qualité de l’air.

«La firme nous a confirmé qu’il n’y avait aucun danger pour la santé des élèves et des employés. L’école va rouvrir normalement lundi», a confirmé Annette Dubé, directrice des services éducatifs du Conseil de Manawan.

Celle-ci ajoute que des mesures seront mises de l’avant afin de prévenir d’éventuels malaises ou en cas de problèmes de santé causés par ces odeurs.

D’autres tests seront effectués en présence des élèves dans les prochains jours.

Manque de locaux

Depuis maintenant dix ans, le Conseil des Atikamekw de Manawan fait des représentations auprès de la ministre fédérale des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, afin de construire une nouvelle école en raison d’un manque d’espace.

«En 2007, l’école Simon P. Ottawa comptait 300 élèves. Cette année, nous en avons 450. Nous prévoyons en accueillir 40 de plus en 2017-2018. Nous n’avons pas ajouté de locaux depuis des années. On a un manque criant d’espace», a reconnu Annette Dubé.

Selon Jean-Roch Ottawa, le ministère ne voit pas la nécessité de construire une nouvelle école.

«On dit que nous n’en avons pas besoin. La communication est très difficile avec les autorités gouvernementales. J’ai envoyé une lettre le 15 février dernier et je n’ai toujours pas eu de réponse du ministère», a-t-il dénoncé vendredi.