/weekend
Navigation

Des séries à part entière

Coup d'oeil sur cet article

On le dit souvent, notre façon de consommer la télévision, comme la vidéo, a terriblement évolué. Comme les séries se regardent de plus en plus sur le web, on pourrait croire que les webséries n’auront plus leur place. Bien au contraire, le format est en pleine explosion.

Les webséries gagnent en qualité, continuent d’oser et répondent à des besoins bien différents des séries conventionnelles tant au niveau créatif que de consommation. «Les webséries explorent des genres qu’on retrouve moins à la télévision», explique Claire Dion, directrice ­générale adjointe du FIP, Fonds indépendant de production. «L’horreur fonctionne bien. La comédie est très populaire aussi dans un format web. La websérie rejoint un public plus jeune, diversifié, s’adapte au mobile donc peut être regardée à tout ­moment et en rafale. C’est un format qui n’est pas réglementé dans sa ­durée non plus et qui permet ­d’expérimenter.»

Les webséries assurent une relève à la scénarisation, la réalisation, le jeu. C’est une véritable pépinière de talents. Si jadis les webséries étaient produites par des boîtes spécialisées, les grands producteurs sont aussi présents dans la mêlée. «Elles permettent à des producteurs qui ont pignon sur rue d’expérimenter de nouveaux talents», poursuit Mme Dion.

Mais c’est aussi, pour d’autres ­artistes, une formule moins lourde pour s’exprimer dans un contexte où la télévision traditionnelle prend peut-être moins de risque.

Un meilleur investissement

Si le web permettait une démocratisation de la production, les séries qui nous sont offertes font preuve d’une grande qualité. On est loin des aventures «boboches» de bout de ­chandelle du début des années 2000. TV5, Tou.TV, Illico et un nouveau crédit d’impôt fédéral prouvent la valeur du genre et l’importance d’y injecter de l’argent.

Depuis 2010 le FIP investit dans les webséries de fiction à raison de 12 à 15 projets par année. Une comédie musicale en websérie vient d’ailleurs d’être tournée, preuve qu’il n’y a aucune limite à la créativité. Le CRTC semble aussi faire preuve d’ouverture.

Mais comme le web est un immense terrain de jeu sans frontière, le défi de faire connaître ses séries reste de taille. «Il y a un problème de ‘‘découvrabilité’’», confirme Claire Dion. «En fiction, l’offre se multiplie. Et on consomme des productions d’un peu partout. Il faut les faire connaître. J’espère aussi que les webséries vont conserver leur nature. Aux États-Unis, on a rebaptisé websérie pour séries digitales. Pour faire moins cheap, disent les Américains. Mais les webséries d’aujourd’hui sont de qualité. Plusieurs ont un look cinématographique.»

Les webséries sont donc toujours un gage d’avenir. Et de présent aussi. Actuellement, vous voyez peut-être passer comme moi, sur votre page Facebook, les bandes-annonces de webséries de fiction qui espèrent un financement. Peut-être les webséries de demain... qui vous rendront ­accros en vous donnant accès à des univers glauques, gore, mordants, délirants et bien vivants!

7 webséries marquantes

Temps mort

Photo courtoisie

Une série dramatique apocalyptique d’Éric Piccoli en trois saisons qui a ­attiré l’attention dans de nombreux ­festivals. Tension, survie, rapports ­humains difficiles et atmosphère ­glaciale. Un bon suspense et une ­direction photo hallucinante.


L’écrivain public

Photo courtoisie

Le quotidien extrêmement touchant d’un écrivain public dans un quartier populaire où la vulnérabilité est trop souvent «abusée». Mathieu, de par sa ­plume, s’attaque avec de petits et de grands mots aux tourmentes de la vie de tous les jours.


La chienne

L’horreur figure parmi les genres les plus suivis en websérie. Ici, on fait ­même dans le gore en dépeignant le sort atroce de Zoé, enchaînée et battue dans une cave, qui aurait dû mourir plusieurs fois, mais qui résiste. Âme sensible s’abstenir.


En audition avec Simon

Photo courtoisie

Simon-Olivier Fecteau a marqué un grand coup avec cette comédie qui nous ­entraîne dans le processus d’audition de personnalités aimées. Succession de ­malaises, humour cinglant, situations délirantes. On ne s’en tanne pas et on en parle encore.


Chroniques d’une mère indigne

Photo courtoisie

Caroline Allard a été l’une des ­premières à oser dire tout haut ce que les femmes osaient à peine penser dans leur rapport à leur progéniture. Elle nous a complètement décomplexées avec cette série succulente.


Juliette en direct

Photo courtoisie

Des petits moments de vie qu’une ­jeune fille allumée confie de son ­placard ont séduit toute une génération. Cette série s’est d’ailleurs illustrée un peu partout, remportant des prix.


Hypno

Photo courtoisie

Cette série de science-fiction met en scène un homme qui, après avoir ­hypnotisé un voleur, est recruté par les services secrets de la police. Complètement original.

 

7 bandes-annonces à découvrir

Oh My Lord!

Photo courtoisie

Une comédie racontant les tribulations de deux copines embauchées comme femmes de chambre dans un hôtel ­londonien le temps d’un été. Avec ­Marianne Verville et Noémie O’Farrell. Mathieu Handfield, très actif dans le ­monde du web, assure la réalisation.


Trou Normand

Photo courtoisie

Une comédie noire portant sur l’amitié, la mort et l’absence, qui met en scène une bande d’amis autour d’un repas bien ­arrosé. Écrite par Élyse Aussant et ­réalisée par Alain Desrochers, avec ­Normand D’amour, Élyse Aussant, Olivier Loubry, Mélissa Désormeaux-Poulin, Amélie Grenier.


Le band et Sébastien

Photo courtoisie

Sébastien est le grand gagnant de ­L’école de nos idoles de 2012. Pour quitter son image pop has-been, il forme un ­groupe indie-rock-folk-néo-trad-métal et prépare l’album de son grand retour. On retrouve dans cette comédie Julien ­Lacroix, Simon Pigeon, Maxime Desbiens-Tremblay et la collaboration d’Anouk Meunier et Corneliu Montano.


B.A.

Photo courtoisie

Une comédie déjantée mettant en ­vedette deux filles dans le vent, Julie-­Jade et Chloé, qui se lancent dans les bonnes actions et font tout ce qu’il faut faire pour sauver les apparences... et ­récolter quelques likes. Avec Valérie Chevalier et Noémie O’Farrell.


Mur à Mur

Photo courtoisie

Deux dissidents politiques tentent de traverser le labyrinthe de tunnels souterrains d’une prison à sécurité maximale. Tension, suspense, horreur et science-­fiction s’y entremêlent. Avec Charlotte Aubin et Jean-François Casabonne.


Les rénos

Photo courtoisie

Comédie satirique dans laquelle on suit les mésaventures des Fortin-Vaillancourt dans les rénovations de leur monoplexe par des professionnels. Cette parodie des émissions de réno-déco met en vedette Marie-Soleil Dion, Simon Lacroix, Jeff Boudreault et Mathieu Handfield.


Georges est mort

Photo courtoisie

Une comédie douce-amère sur la fin d’une bromance mettant en vedette des personnages atypiques et colorés. Réalisation et scénario de Charles Grenier et Sarah ­Pellerin (aussi comédienne), avec Simon Larouche, Guillaume Laurin et Fanny Rainville.