/weekend
Navigation

Un destin tragique

Un destin tragique
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’auteure américaine Sylvia Plath a puisé dans ses propres souvenirs pour livrer le roman dont est tirée La cloche de verre, qui vient de prendre l’affiche au Théâtre Prospero. On y découvre l’histoire tragique d’une femme suicidaire qui rêve de devenir écrivaine.

Sylvie Plath raconte dans son roman en partie autobiographique, qu’elle avait déjà la plume habile à un jeune âge, elle qui écrivait ses premiers poèmes à l’âge de 8 ans. C’est aussi à cet âge que son père est décédé. Ce drame, dont elle tient sa mère responsable, la marque à tout jamais. S’ensuivront d’importants­­ épisodes de dépression. Élevée dans un environnement où le ­culte du travail est valorisé, elle décidera dès l’adolescence de devenir écrivaine. Malgré les dépressions à répétition, les troubles bipolaires, une première ­tentative de suicide et un séjour en ­institut psychiatrique, elle parvient à ­terminer ses études avec brio.

«J’ai lu cet excellent roman avec ­beaucoup d’appétit», confie la comédienne Marie-Pier Labrecque, qui a déjà joué dans une quinzaine de pièces de théâtre depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 2011 (notamment La divine illusion, Les trois mousquetaires, Le prince des jouisseurs et Deux hommes tout nus). Au cours des quatre derniers mois, elle a enchaîné les représentations, faisant partie de la distribution de trois pièces de théâtre, dont Je crois et Une mort accidentelle.

«Je suis heureuse d’avoir la chance de jouer différents types de personnages», reconnaît-elle.

L’émancipation

La pièce s’amorce en 1953, alors qu’Esther­­, le personnage principal, est lauréate, à seulement 18 ans, d’un grand concours littéraire. «C’est une femme qui a une vision très différente des autres filles de son âge, révèle Marie-Pier ­Labrecque. Elle porte un regard très ­sévère sur les femmes qui n’ont pour ambition que de devenir femmes au foyer.»

Non seulement Esther n’a aucunement envie de se marier, mais elle souhaite voyager et devenir une écrivaine. Elle va tout laisser dans sa banlieue natale pour se rendre à New York, espérant faire ­carrière dans le monde de la littérature, milieu dominé­­, à l’époque, par les hommes.

La dualité

Dans La cloche de verre, Marie-Pier ­Labrecque partagera la scène avec ­Marie-Josée Samson; elles incarneront toutes deux le personnage d’Esther. «Elles sont toutes les deux au même ­moment et à la même époque, annonce la comédienne. C’est comme si on avait les deux ­versions de la même personne.»

Le concept permet ainsi de montrer le combat intérieur qui déchire Esther. «D’un côté, il y a l’idée de vouloir se ­réaliser et de s’affranchir, puis de l’autre on retrouve les idées noires, la ­dépression, le désespoir, la folie qui ­l’habite et une fascination pour la mort», souligne l’actrice.

On retrouvera également Marie-Pier Labrecque sur scène cet été, au Théâtre des Cascades, dans la pièce Ciao Papa!, à compter de juin. Josée Deschênes en assure la mise en scène.

La cloche de verre

Auteure: Sylvia Plath

Mise en scène et adaptation: Solène Paré

Distribution: Marie-Pier Labrecque et Marie-Josée Samson

Du 14 mars au 1er avril

Au Théâtre Prospero (salle intime)