/finance/business
Navigation

Elle a acheté sa première boutique à 14 ans

Une jeune entrepreneure veut maintenant conquérir l’Ontario

Elle a acheté sa première boutique à 14 ans
Photos Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

À 12 ans, Emma Dunn est tombée en amour avec le métier de corsetière. Deux ans plus tard, elle a acheté la boutique qui l’avait engagée. La jeune, mais expérimentée entrepreneure planifie maintenant l’ouverture de plusieurs nouvelles boutiques de lingerie fine, notamment en Ontario.

«Je suis allée à l’université de la vie. J’ai appris à la dure, car je devais me faire prendre au sérieux par les banquiers et les comptables. Il a aussi fallu que j’apprenne à lire des états financiers», raconte en riant la propriétaire de Lingerie Emma.

Entrepreneure à 14 ans

Déjà à un jeune âge, Emma Dunn était très ambitieuse et souhaitait être dans les affaires.
Photo courtoisie
Déjà à un jeune âge, Emma Dunn était très ambitieuse et souhaitait être dans les affaires.

Les banquiers n’avaient jamais eu affaire à une adolescente de 14 ans qui demandait un emprunt pour acheter une boutique de lingerie fine, par surcroît dans la petite ville de l’Assomption, dans la région de Lanaudière.

Pour contourner leur scepticisme, ce sont ses parents qui ont dû en faire l’acquisition en son nom.

«Ma mère m’a dit: “Emma, tu vas apprendre de tes erreurs. Ton père et moi, nous allons t’aider, mais ce sera toi qui négocieras tes affaires.” En fait, les premiers qui ont cru en moi, ce sont les fournisseurs. Certains ont gagé leur emploi pour me protéger comme leur fille», ajoute la corsetière qui a maintenant pignon sur rue à la Marina de Repentigny.

Mais ses parents ajoutent une condition: elle doit réussir son secondaire.

«J’ai embauché une corsetière et je travaillais à la boutique pendant mes journées de congé et le soir. Entre l’école et le travail, je me rendais en scooter au centre-ville de Montréal pour discuter avec les fournisseurs», se souvient-elle.

Service personnalisé

Après quelques années prospères à l’Assomption, Lingerie Emma constate une saturation de sa clientèle. Emma Dunn lorgne un mini centre commercial donnant sur le fleuve à Repentigny. Elle promet au propriétaire d’utiliser l’achalandage à sa boutique comme effet d’entraînement vers la marina attenante.

La boutique Lingerie Emma tient ses promesses et s’étend: de 250 pi2 en 2008, elle occupe 5000 pi2 depuis 2015.

Emma Dunn estime que son succès repose sur une approche ultra personnalisée avec sa clientèle.

«Les goûts ont changé. Les femmes ont une carrière tout en étant actives. Physiquement, elles sont plus pulpeuses, elles assument leurs courbes, leur féminité et leur séduction», complète la femme d’affaires.

La boutique Lingerie Emma en est donc venue à offrir une plus grande place aux dessous prêt-à-porter confectionnés par de grands couturiers européens, tout en offrant une gamme complète de lingerie pour tous les besoins.

Vers l’avenir

À 27 ans, Emma Dunn n’a pas fini de voir grand. Elle rêve d’ouvrir d’ici une dizaine d’années de nouvelles boutiques de lingerie fine dans d’autres villes québécoises, et une autre quelque part en Ontario et éventuellement vendre des franchises, un peu comme ses parents qui sont propriétaires de cinq épiceries Metro.

«Être entrepreneure, c’est savoir suivre son instinct. C’est 80 % de vouloir-faire et 20 % de savoir-faire. Je sais que j’ai cette petite voix intérieure», conclut Emma Dunn.


UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

«Avoir pris le risque de déménager à Repentigny.»

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

«À la base, mes faiblesses en marketing et en gestion d’inventaire. »

UN CONSEIL AUX JEUNES ENTREPRENEURS

«Crois en toi et entoure-toi de gens qui veulent t’aider.»

la compagnie

  • Domaine d’expertise: Vente au détail de lingerie fine pour dames
  • Siège social: Repentigny
  • Actionnaire: Emma Dunn
  • Nombre d’employés: 12