/24m/city
Navigation

Équipements défectueux: Coderre assure qu’il n’y a pas de danger

Équipements défectueux: Coderre assure qu’il n’y a pas de danger
Photo 24 Heures, Marie Christine Trottier

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Montréal affirme qu’il n’y a aucun danger malgré l’ordre syndical reçu par les pompiers de ne pas intervenir s’ils jugent que leur équipement respiratoire n’est pas adéquat.

TVA Nouvelles a appris samedi que le syndicat des pompiers de Montréal observe que les piles AAA incluses dans l’équipement respiratoire des pompiers de Montréal tombent rapidement à plat. Ces pilent alimentent un témoin lumineux indiquant s’il reste suffisamment d’oxygène en réserve.

Le syndicat a alors donné l’ordre à ses pompiers de ne pas intervenir si ceux-ci jugent que l’équipement n’est pas sécuritaire.

«De toute façon, vous avez une équipe qui est là en appui, peu importe ce qui arrive, advenant une situation, a réagi lundi le maire Denis Coderre. Donc il n’y pas de problème de sécurité. Deuxièmement, il y a des vérifications des équipements avant l’événement et après l’événement», précise-t-il.

Il affirme ne pas avoir peur que les pompiers n’interviennent pas ou qu’il manque de pompiers sur les lieux d’un incendie.

«Je ne veux pas commenter ce que le syndicat dit. Le syndicat fait des revendications et protège ses membres. Mais il ne faut pas donner l’impression que la sécurité et des pompiers et de la population est en danger. Quand on vient [sur les lieux d’un incendie] on vient en plusieurs équipes, alors s’il y a une situation on est toujours là pour compenser», assure le maire.

Selon le président du syndicat des pompiers, Ronald Martin, l'employeur a présentement 900 piles en réserve. Il ajoute qu'une commande de 16 000 piles a été logée, mais la réception n'a pas été faite, indique-t-il. «Il est extrêmement important que l'ensemble de l'appareil respiratoire soit prêt à être utilisé en toute sécurité.»

Philippe Sabourin, porte-parole administratif de la Ville de Montréal, a voulu se faire rassurant en indiquant que dans toutes les casernes, il y avait des piles AAA ainsi que les tournevis pour changer les piles.