/investigations
Navigation

Cimenterie de Port-Daniel : les Chinois financent le projet

La Banque de Chine serait d’abord remboursée si celui-ci échouait

cimenterie mcinnis
PHOTO D’ARCHIVES Le projet de Ciment McInnis, en septembre dernier, à Port-Daniel, en Gaspésie.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-Nicolas Blanchet et Alexandre Robillard

Bureau d’enquête

La Banque de Chine fait partie des bailleurs de fonds dans le projet de mégacimenterie en Gaspésie.

L’institution chinoise sera remboursée avant les Québécois, qui prêtent 250 M$ par l'entremise d'Investissement Québec (IQ) et qui se retrouvent donc derrière au rang des créanciers.

La filiale canadienne de la Banque de Chine a consenti un prêt d’environ 14 M$ pour la construction de l’installation, nous a confirmé la porte-parole de Ciment McInnis, promoteur du projet, Maryse Tremblay.

Elle «fait partie du consortium bancaire, avec toutes les banques canadiennes qui en font partie», ajoute la porte-parole.

Le consortium, mené par la Banque Nationale, fournit au total 360 millions $ de prêts pour le mégaprojet de 1,5 G$.

Prévu dès le début

Selon Mme Tremblay, l’investissement de la Banque de Chine était prévu dès les débuts du projet. Cette participation n’a rien à voir avec les dépassements de coûts constatés l’été dernier, qui ont nécessité du financement supplémentaire.

«On a tout ce qu’il nous faut pour terminer le projet», a-t-elle dit.

IQ est au bas de la liste des créanciers, derrière le consortium bancaire et le géant de l’investissement Black Rock, qui a injecté 125 M$ après l’annonce d’un dépassement de coûts qui a fait exploser la facture de plus de 400 M$. Ainsi, la Banque de Chine serait d’abord remboursée si le projet échouait.

Documents récents

Le Bureau d’enquête du Journal a constaté la présence de la Banque de Chine dans le projet en consultant des documents notariés qui sont datés du 6 mars. L’information n’avait pas été publicisée jusqu’ici. Le document expose qu’en contrepartie de son implication financière, l’institution reçoit des garanties sur les terrains de l’installation.

La Banque de Chine veut devenir un intermédiaire financier de premier plan au Canada. L’institution a ouvert une succursale à Montréal en 2013 et participé à un premier investissement majeur dans la métropole, en janvier dernier, en consentant une hypothèque de 150 M$ à Cominar pour le centre Rockland.

L’institution est en forte progression et a atteint, en 2016, le 6e rang mondial des plus grandes marques bancaires avec une valeur de 36 G$, selon la compilation de Brand Finance.

La construction de la cimenterie, qui doit produire 2,2 millions de tonnes métriques, est achevée à 98 %, a indiqué le cabinet de la ministre Dominique Anglade, qui a décliné une demande d’entrevue concernant le financement chinois.

— Avec la collaboration d’Hugo Joncas

Les principaux créanciers

  • Coût estimé: 1,5 G$
  • Investissement Québec: 350 M$, dont 250 M$ en prêts
  • Caisse de dépôt et placement du Québec: 265 M$
  • Consortium bancaire: 360 M$
  • Black Rock: 125 M$
  • Groupe Beaudier, autres prêteurs et investisseurs minoritaires: montant non divulgué