/entertainment/comedy
Navigation

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Quel humoriste québécois est le plus populaire sur les réseaux sociaux? Avec chacun près de 800 000 abonnés sur leurs diverses plateformes, Rachid Badouri et Martin Matte sont les rois du palmarès établi par Le Journal.

Les humoristes qui ont le plus de succès en salles sont généralement ceux qui ont le plus d’abonnés sur les réseaux sociaux. C’est ce que l’on constate avec ce palmarès* du web dominé par Badouri, Matte, Anthony Kavanagh, Sugar Sammy et Mike Ward.

Dans le cas de Rachid Badouri, son succès sur les réseaux sociaux peut s’expliquer en partie par la carrière qu’il mène simultanément au Québec et en Europe.

Même s’il se trouve présentement en France pour y présenter son spectacle Badouri Rechargé, l’humoriste n’oublie pas ses abonnés québécois et il publie régulièrement des messages à leur attention (comme celui après la tempête de la semaine dernière).

«Quand nous avons commencé à travailler les réseaux sociaux, il y a quatre ans, Rachid était déjà l’un des plus forts», mentionne Valérie Gauthier, directrice des communications de Juste pour rire – Spectacles.

«Étant donné que Rachid ne s’adresse pas toujours aux mêmes fans, nous devons parfois cibler les auditoires en faisant un message géolocalisé, poursuit-elle. Par exemple, il peut écrire un message sur Facebook qui sera lu seulement par ses abonnés en France.»

Les carrières simultanées en France et au Québec expliquent également pourquoi Anthony Kavanagh et Sugar Sammy se placent si haut dans le classement.

Mine d’or

Du côté de Martin Matte, l’énorme succès de l’émission Les beaux malaises, qui pouvait rejoindre jusqu’à deux millions de personnes, a certainement contribué à sa popularité sur le web.

«Avec le nombre d’abonnés que Martin Matte a sur Facebook, c’est une mine d’or, indique son producteur chez Encore Spectacles, Nicolas Gougoux. Plus t’es actif, plus tu proposes du contenu susceptible d’être partagé.»

Se trouvant en très belle position du palmarès, avec une septième place, Mariana Mazza reconnaît que sa popularité sur les réseaux sociaux l’a énormément aidée à vendre des billets pour son premier spectacle solo, Femme ta gueule.

«Je n’aurais jamais pu vendre 120 000 billets en cinq mois sans ça. Les réseaux sociaux aident beaucoup à rappeler aux gens que tu existes comme personnalité. Mais il faut aussi faire attention. L’internet, ça peut être la culture du vide et du faux remplissage.»

*Les données de ce palmarès ont été compilées le 17 mars dernier. Le nombre d’abonnés est arrondi au millier près.

Les humoristes et les réseaux sociaux

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives
1. Rachid Badouri

648 000 abonnés Facebook

77 000 abonnés Twitter

64 000 abonnés Instagram

TOTAL : 789 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

2. Martin Matte

710 000 abonnés Facebook

75 000 abonnés Twitter

TOTAL : 785 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

3. Anthony Kavanagh

188 000 abonnés Facebook

447 000 abonnés Twitter

68 000 abonnés Instagram

TOTAL : 703 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

4. Sugar Sammy

242 000 abonnés Facebook

292 000 abonnés Twitter

71 000 abonnés Instagram

TOTAL : 605 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

5. Mike Ward

345 000 abonnés Facebook

236 000 abonnés Twitter

6 000 abonnés Instagram

TOTAL : 587 000

 

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

6. Louis-José Houde

316 000 abonnés Facebook

224 000 abonnés Twitter

TOTAL : 540 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

7. Mariana Mazza

263 000 abonnés Facebook

21 000 abonnés Twitter

209 000 abonnés Instagram

TOTAL : 493 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

8. Jean-François Mercier

384 000 abonnés Facebook

63 000 abonnés Twitter

TOTAL : 447 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo courtoisie

9. Jérémy Demay

375 000 abonnés Facebook

6 000 abonnés Twitter45 000 abonnés

Instagram

TOTAL : 426 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

10 Laurent Paquin

153 000 abonnés Facebook

158 000 abonnés Twitter

4 000 abonnés Instagram

TOTAL : 315 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

11. François Bellefeuille

260 000 abonnés Facebook

38 000 abonnés Twitter

TOTAL : 298 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

12. Pierre Hébert

246 000 abonnés Facebook

52 000 abonnés Twitter

TOTAL : 298 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

13. Philippe Laprise

242 000 abonnés Facebook

30 000 abonnés Twitter

2 000 abonnés Instagram

TOTAL : 274 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

14. Alexandre Barrette

231 000 abonnés Facebook

39 000 abonnés Instagram

TOTAL : 270 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

15. Jean-Marc Parent

197 000 abonnés Facebook

72 000 abonnés Twitter

TOTAL : 269 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

16. Maxim Martin

170 000 abonnés Facebook

49 000 abonnés Twitter

26 000 abonnés Instagram

TOTAL : 245 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

17. Alex Perron

95 000 abonnés Facebook

142 000 abonnés Twitter

TOTAL : 237 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

18. Patrick Groulx

97 000 abonnés Facebook

118 000 abonnés Twitter

9 000 abonnés Instagram

TOTAL: 224 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

19. Philippe Bond

223 000 abonnés Facebook

TOTAL: 223 000

Matte et Badouri, champions des réseaux sociaux
Photo d'archives

20. Stéphane Rousseau

169 000 abonnés Facebook

21 000 abonnés Twitter

25 000 abonnés Instagram

TOTAL : 215 000

 

Les vétérans suivent la parade

Cumulant plus de 50 ans d’expérience en humour, Jean-Michel Anctil et François Massicotte n’ont jamais eu à faire face à autant de concurrence que présentement. Parce que les humoristes, jeunes et expérimentés, se démarquent de plus en plus, les deux vétérans ont dû eux aussi se tourner vers les réseaux sociaux.

Pour son nouveau spectacle, Jean-Michel Anctil a lancé le concours «Jean-Michel Go» sur les réseaux sociaux. «Au lieu d’être des Pokémons, je cache une paire de billets de spectacle dans la ville où je me trouve, dit-il. C’est une façon d’aller chercher ces gens-là par le web, de les inciter à aller sur ma page.»

«Ça a vraiment beaucoup changé. Avant, à part les spectacles et la promo télé, on faisait des extras pour les DVD. Maintenant, avec le producteur, on se demande ce qu’on pourrait faire pour les réseaux sociaux», mentionne François Massicotte.

Jean-Michel Anctil
Photo d'archives
Jean-Michel Anctil

Impact 10 fois plus grand

Les deux humoristes ont commencé leur carrière au cours des années 1990. Pendant plus de deux décennies, la façon de promouvoir un spectacle est restée sensiblement la même. La situation a toutefois complètement changé ces dernières années avec la popularité des réseaux sociaux.

«Les réseaux sociaux sont plus importants que les médias traditionnels, affirme Jean-Michel Anctil. J’ai eu récemment une rencontre avec mon producteur chez KO Scène. Il avait fait une étude où il avait placé un certain montant d’argent pour une pub sur le web. L’impact a été 10 fois plus fort qu’une pub télé, radio ou journal.»

«Tout le monde est sur Facebook, fait remarquer François Massicotte. Donc oui, il faut nous aussi être présent là-dessus. C’est un tout. Mais il n’y a plus rien maintenant qui a un effet. Avant, tu passais à Ad Lib et le lendemain, tu vendais plein de billets. C’est très différent aujour­d’hui.»

François Massicotte
Photo d'archives
François Massicotte

Les jeunes se démarquent

Pour Jean-Michel Anctil, «la game a changé» ces dernières années avec la prolifération des très bons spectacles d’humour. «Il y en a de plus en plus. Les jeunes se démarquent. Ils veulent faire leur place. Si tu veux garder la tienne, il faut que tu sois aussi informé et outillé qu’eux.»

Sans le web, le père de Priscilla et Râteau indique qu’il aurait sûrement réussi à vendre des billets pour JE4N-MICHEL, son quatrième spectacle en carrière. «Mais il y a peut-être une certaine clientèle que je n’aurais pas touchée. Avec ce show-là, il y a de plus en plus d’ados qui viennent me voir. Et ils ne viennent pas voir le show d’un “vieux”. Ils ont autant de fun que leurs parents.»

Facebook et Twitter

Jean-Michel Anctil et François Massicotte reconnaissent devoir parfois se faire «pousser» par leur équipe pour écrire davantage sur les réseaux sociaux.

«Je n’aime pas aller sur Twitter, même si on me “force” à y aller, dit Jean-Michel en riant. Je n’aime pas ce médium-là. Juste 140 caractères, ça ne me plaît pas. Mais Facebook, oui. J’y mets des vidéos et du contenu.»

«Ma blonde me dit tout le temps de m’en occuper plus, dit François. Je ne passe même pas une heure là-dessus par jour.»

Toujours curieux des nouveautés, Jean-Michel Anctil a fait quelques Facebook live ces derniers mois. «L’impact des vidéos live est très, très fort, dit-il. Ce que j’aime des réseaux sociaux, c’est que c’est efficace pour vendre le show, mais aussi pour avoir des commentaires du public.»