/news/transports
Navigation

Mobilité réduite: trois trains de Via Rail pour déplacer trois personnes entre Montréal et Drummondville

Mobilité réduite: trois trains de Via Rail pour déplacer trois personnes entre Montréal et Drummondville

Coup d'oeil sur cet article

Trois membres d'une même famille qui se déplacent en fauteuil ont dû prendre trois trains différents dimanche pour faire le trajet entre Montréal et Drummondville, parce que les trains de VIA Rail n’ont qu’un espace pour les chaises roulantes.

«On a voyagé à New York et on était dans le même train, mais au Québec, c’est impensable, déplore Marie-Ève Veilleux. Ce qui est acquis pour plusieurs, pour nous ce n’est même pas envisageable en 2017».
 
Ce constat, cette Montréalaise de 34 ans l’a encore fait le weekend dernier lorsqu’elle, son conjoint, Pierre Lemay et son frère, Michel Lemay, sont rentrés de chez ses beaux-parents en utilisant les trois trains qui allaient à Montréal, ce jour-là.
 
«Une chance que personne [en fauteuil roulant] ne venait de Québec, sinon, on était coincé à Drummondville», lance-t-elle. Connaissant ce manque de places dans les trains, elle et son conjoint, qui n’ont pas de voiture notamment par souci écologique, devaient se déplacer en autobus. Mais le week-end dernier, il n’y avait plus de places accessibles.
 
Dans la loi
«Chaque train de voyageurs devrait être muni d'au moins un dispositif de retenue pour fauteuil roulant», prévoit le Code ferroviaire, auquel se conforme VIA Rail. L’entreprise précise par ailleurs que le nombre de places pour les personnes transférables, qui peuvent être sorties de leur fauteuil pour s’asseoir à une place ordinaire, n’est pas limité.
 
«Pour se soulever Pierre et Michel ont besoin d'un lève-personne et moi, une place régulière me cause de la douleur», rétorque Mme Veilleux, selon qui la loi est inadéquate. «Mais VIA Rail non plus n’a pas montré de leadership.»
 
Après une plainte il y a trois ans à VIA Rail et à l’Office des transports du Canada, elle envisage aujourd’hui se tourner vers la Commission canadienne des droits de la personne.
 
Le Canada en retard
Amtrak qui opère la liaison entre Montréal et New York confirme qu’il y a un espace pour personne handicapée et un espace pour personne transférable par wagon, une mesure en place depuis les années 1990.
 
«On a un immense retard par rapport aux États-Unis, à l’Angleterre et l’Australie», rappelle Mme Veilleux.
 
Pour le Regroupement activistes pour l'inclusion Québec (RAPLIQ), VIA Rail devrait offrir un accommodement raisonnable, puisque nombreux sont ceux à ne pas pouvoir se faire transférer. «Ils avaient accepté à quelques reprises d’offrir un service par van adapté, nous on demande à rendre cette mesure systématique», lance la directrice Linda Gauthier. 
 
Chez VIA Rail, on dit vouloir bonifier le service possiblement lors du renouvellement de la flotte du corridor Québec-Windsor. «Au moment opportun, des options accrues d’accessibilité seront parmi les critères recherchés», d’indiquer Mariam Diaby, conseillère aux relations médias.
 
Cet automne, le ministre des Transports, Marc Garneau, déclarait aussi vouloir améliorer l’accès aux divers modes de transport pour les personnes handicapées.
 
- avec la collaboration d’Améli Pineda