/sports/golf
Navigation

Tokyo 2020: le futur terrain de golf olympique s’ouvre aux femmes

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Le club privé devant accueillir les tournois de golf des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 a annoncé lundi qu’il s’ouvrira aux membres féminins, condition sine qua non imposée par le Comité international olympique.

Le conseil d’administration du ­Kasumigaseki Country Club, situé dans la province de Saitama, au nord de Tokyo, s’est prononcé en faveur de l’acceptation de membres féminins, selon l’agence de presse JiJi.

Le club n’a pu être joint immédiatement pour commenter cette décision qui a été saluée par le comité organisateur de Tokyo-2020.

«J’apprécie les nombreux efforts consentis jusque-là par les dirigeants et tous les membres du club afin de répondre aux conditions pour accueillir les compétitions olympiques», a déclaré le patron de Tokyo-2020, ­Yoshiro Mori, dans un communiqué.

Discrimination

Au début du mois, le vice-président du CIO, Joahn Coates, avait prévenu à l’occasion d’une visite des futures installations olympiques à Tokyo que le Kasumigaseki Country Club ne serait pas autorisé à accueillir les tournois olympiques de golf – messieurs et dames – tant qu’il appliquerait une politique discriminatoire à l’égard des femmes.

«Nos principes sont basés sur la non-discrimination, c’est la position que nous avons très clairement affichée», avait-il déclaré, laissant au club jusqu’à la fin de juin pour faire évoluer sa politique.

Vendredi dernier, le président du CIO, Thomas Bach, avait réaffirmé la position de son instance en déclarant qu’il espérait que le Country Club choisirait «la non-discrimination».

Jusqu’à présent, les femmes ne peuvent devenir membres à part entière du Kasumigaseki Country Club et ne sont pas autorisées à jouer certains dimanches, contrairement aux membres masculins.

Quelques rares golfs privés dans le monde excluent encore les femmes. La décision du Kasumigaseki Country Club intervient moins d’une semaine après que le golf écossais de Muirfield eut autorisé les femmes à devenir membres pour la première fois en 273 ans d’histoire.