/sports/opinion/columnists
Navigation

Ça va en prendre encore plus

Le Canadien a besoin d’ingrédients additionnels pour aspirer à la coupe Stanley

Predators c. Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans du Canadien vivent au rythme de leur équipe, c’est bien connu. Il y a un mois, ils craignaient que le Tricolore rate les séries pour la deuxième année consécutive et ils étaient prêts à mettre tout le monde à la porte. Aujourd’hui, en ces premières heures du printemps, ils voient leur équipe en finale de l’Est. C’est tout ou rien!

C’est vrai qu’en première analyse, le Tricolore pourrait faire un bon bout de chemin dans les séries.

S’il maintient son emprise sur le premier rang de la section Atlantique, il affrontera au premier tour les Rangers, sur lesquels il n’accuse qu’un recul de trois points et qu’il a vaincus trois fois sur trois cette saison.

Peut-il battre les Rangers dans les ­séries aussi?

La réponse est oui.

En deuxième ronde, le Canadien se mesurerait aux vainqueurs de la série qui opposerait les Sénateurs et les Bruins.

Là encore, on peut penser logiquement que ses chances de victoire ­seraient très bonnes.

Deux équipes dominantes

Par contre, les choses se compliqueraient drôlement en finale de l’Est.

Sur le papier, le Canadien ne possède pas la profondeur des Capitals, des Penguins et des Blue Jackets. Si vous me demandez laquelle de ces trois formations possède les meilleures chances d’atteindre la ronde ultime, mon choix se porte sur les Penguins.

Ce n’est pas facile de remporter la coupe Stanley deux années d’affilée. La dernière équipe à avoir réalisé l’exploit, les Red Wings de Detroit, l’ont fait il y a près de 20 ans (1997 et 1998).

Or, les Penguins ne jouent pas comme une équipe qui montre des signes de fatigue ou de ralentissement cette saison. Les Capitals et les Blue Jackets forment de bonnes équipes, certes, mais jusqu’à preuve du contraire, ils ne sont pas meilleurs que les Penguins.

On peut dire la même chose des ­Blackhawks dans l’Ouest. Les Sharks et le Wild connaissent une bonne saison, mais les Hawks, c’est les Hawks.

On l’a vu lors de leur victoire contre le Canadien, la semaine dernière au ­Centre Bell.

La fenêtre d’opportunité qui s’offre aux Penguins et aux Blackhawks ­demeure de dimension panoramique.

Si les séries suivent leur cours normal, on va avoir droit à une grande finale.

Tout repose sur Price

Quant au Canadien, tout repose encore en trop grande partie sur les épaules de Carey Price pour penser qu’il pourrait être un sérieux prétendant aux grands honneurs.

On a vu ce qu’il lui est arrivé pendant les deux longs mois où son gardien étoile n’était que l’ombre de lui-même.

L’équipe a renoué avec la victoire à partir du moment où son meilleur joueur est redevenu lui-même.

Price présente une fiche de neuf victoires et trois défaites depuis le retour de la pause de février, qui a coïncidé avec le retour de Julien derrière le banc. Il montre une moyenne de 1,56 but accordé et un taux d’efficacité de ,943 au cours de cette période, n’ayant accordé que deux buts ou moins dans 10 de ces matchs.

Nul doute qu’il confère un avantage psychologique aux siens, comme l’a dit Dany Dubé après les victoires du week-end dernier contre les Sénateurs. Mais il ne peut pas tout faire pratiquement à lui seul.

Au chapitre des autres points positifs, Shea Weber a repris lui aussi du poil de la bête depuis le début du mois. Il ­revendique un différentiel de +8 au cours des neuf derniers matchs.

Jordie Benn est une bonne acquisition à la ligne bleue, la meilleure parmi les six nouvelles figures que Marc Bergevin a greffées avant la date limite des ­transactions.

Du côté de l’attaque, Max Pacioretty connaît une bonne saison et Paul Byron n’en finit plus d’étonner. Si la Ligue ­nationale instituait un trophée qui ­rendrait hommage à la découverte de l’année, il serait dans la lutte avec ­Viktor Arvidsson (Nashville), Jonathan Marchessault (Floride) et Patrick ­Maroon (Edmonton).

Phillip Danault, un autre de qui on n’attendait pas beaucoup en toute honnêteté à son arrivée l’an dernier, s’est transformé lui aussi en belle trouvaille.

Quant à Andrew Shaw, il ressemble enfin au joueur que l’on voyait avec les Blackhawks.

Le même problème

Mais l’équipe manque toujours de joueurs de cali­bre pour ses deux ­premiers trios.

Alex Galchenyuk ne produit pas à la mesure d’un centre de premier trio. Les points viennent moins facilement pour Alexander Radulov, bien que toujours aussi travaillant.

Pour sa défense, il est peut-être encore incommodé par la blessure à un pied qui l’a tenu à l’écart durant une dizaine de jours.

Bref, l’offensive demeure le problème majeur de cette équipe malgré le bon vouloir de ses artisans.

L’équipe a remporté six de ses 10 victoires sous la direction de Julien en bris d’égalité. Cela dit, ça n’enlève rien à l’entraîneur.

C’est un signe qu’elle va au bout de ses efforts dans les matchs serrés. Elle domine d’ailleurs la LNH avec 11 victoires lorsqu’elle tire de l’arrière après deux périodes.

L’arrivée de Julien a produit l’effet souhaité. Le Canadien a recommencé à gagner régulièrement et on sent que les joueurs ont retrouvé plaisir à jouer sous sa gouverne.

L’expérience aidant, Julien dégage l’image d’un entraîneur détendu en pleine possession de ses moyens. Il ­sourit aux joueurs durant les séances d’entraînement. Il est moins nerveux ­qu’autrefois durant ses points de presse.

Bergevin a fait un bon coup en le ramenant à Montréal. Mais il lui reste des choses à accomplir pour faire du ­Canadien une équipe de premier plan.

Aucun sens, en effet

Alexander Radulov
Photo Martin Chevalier
Alexander Radulov

En disant que ça n’avait aucun sens, Alexander Radulov a choisi les bons mots en commentant la rumeur voulant qu’il exigeait un contrat de huit ans pour rester avec le Canadien.

Tout le monde l’aime bien, à Montréal, à commencer par Marc Bergevin qui a couru la chance de lui offrir une entente d’un an pour le ramener dans la Ligue nationale.

Mais il ne faudrait pas croire que le directeur général du ­Canadien irait jusqu’à lui ­consentir un contrat de huit ans.

On n’est pas obligé de croire ­Radulov, mais je ne pense pas qu’il vise un pacte d’une telle durée non plus.

Non pas qu’il ne l’apprécierait pas, mais plutôt parce qu’il sait fort bien qu’il ne l’obtiendrait pas.

Ni à Montréal ni ailleurs.

Combien d’années, alors?

Idéalement trois, quatre en forçant, mais rien au-dessus de ça.

On parle d’un joueur qui aura 31 ans en juillet et qui a brûlé la chandelle par les deux bouts ­durant une période de sa vie.

Bonne description

Dwight King a peut-être contribué aux deux conquêtes de la coupe Stanley des Kings de Los Angeles en 2012 et 2014, mais on ne peut pas dire qu’il aide beaucoup le Canadien depuis ses ­débuts à Montréal.

Il a beau mesurer 6 pi 4 po et peser 232 lb, comme l’avait confié un recruteur de l’Ouest au collègue Jean-François Chaumont le jour de son acquisition, il oublie de jouer comme un joueur de son ­gabarit. C’est sans compter sa ­lenteur.

Ça me rappelle un commentaire savoureux de Pat Burns qui m’avait dit un jour en parlant d’un gros défenseur de son équipe, «qu’avant de frapper un joueur, tu dois d’abord te rendre à lui.»

Il nous manque, ce Pat!

Quelle transformation !

Brad Marchand était un de mes favoris quand il évoluait dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il était détestable, certes, mais il n’était pas un vilain joueur. Il produisait des choses.

Il était disponible pour le ­Canadien au quatrième tour du repêchage en 2006, mais le Tricolore lui avait préféré Ryan White au 66e rang, Marchand étant repêché 71e par les Bruins

Il a passé sa première saison professionnelle dans la Ligue américaine parce que les Bruins voulaient le casser, m’avait raconté Claude Julien lorsqu’il a mené les Bruins à la coupe ­Stanley en 2011.

Marchand en était alors à sa première campagne complète à Boston.

Auteur de 21 buts en 77 matchs en saison régulière, il avait marqué 11 fois en 22 rencontres dans les séries.

Il a continué à s’améliorer au point de devenir un des joueurs de pointe de la LNH.

Qu’il soit en lice pour les ­trophées Maurice-Richard et Art-Ross est tout un exploit.

Marchand est content de dire, d’ailleurs, que Julien lui a été d’une aide précieuse dans son ­cheminement.