/opinion/columnists
Navigation

Nous vivons dans un film de Denys Arcand

Le déclin de l'empire américain
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous le terme «déliquescence» ?

De tous les mots du dictionnai­re, c’est celui qui représente le mieux le Québec d’aujourd’hui.

Ce n’est pas une implosion ou une explosion, non.

Rien de dramatique ou de spectaculaire.

Juste une dérive, une lente déri­ve, une sorte de décomposition graduelle de la société.

Une décadence douce, confortable et indifférente, pour repren­dre la célèbre formule de Denys Arcand.

LE DÉCLIN

Je pensais à ça, l’autre jour, en regardant l’excellente adaptation théâtrale du Déclin de l’empire américain que nous présente l’Espace Go jusqu’au 1er avril.

Si vous ne l’avez pas vue, courez-y. L’œuvre d’Arcand, intelligemment adaptée par Alain Farah et le metteur en scène Patrice Dubois, remporte un tel succès qu’on a même ajouté des supplémentaires en... octo­bre 2018!

Trente et un ans (déjà!) après la sortie du film en salles, le scénario d’Arcand est toujours aussi actuel, aussi pertinent, aussi douloureusement d’actualité.

Nous vivons dans Le déclin. Et dans Les invasions barbares et dans L’âge des ténèbres.

Arcand a tout vu, tout prévu.

Tout est là.

Rarement un créateur a tendu un tel miroir à son peuple.

C’est aussi fort que Robert Musil, que Stefan Zweig, que Michel Houellebecq.

C’est le Québec dans toute sa déliquescence.

Le Québec sombre, mais on s’en fout.

Pourvu que les dépanneurs puissent vendre de la bière 24 heures sur 24, qu’on puisse accélérer notre mort en toute dignité et qu’on installe des toilettes pour transgenres dans toutes les écoles du Québec.

L’ÂGE DES TÉNÈBRES

Regardez autour de vous.

Le cynisme envers les institutions, l’inhumanité de la bureaucratie, l’impuissance du politique, la victoire de la petitesse sur la grandeur et du diver­tissement sur l’art...

Les trois quarts des émissions culturelles parlent de cuisine, on s’intéresse plus aux carottes et aux courgettes qu’au théâtre ou à la littérature, les partis souverainistes se disputent pour savoir lequel construira le plus de pistes cyclables...

Nos vieux macèrent dans leur merde, des gens crèvent asphyxiés dans leur auto, nous ne sommes même plus capables de gérer une tempête de neige, des fonctionnaires sont payés à ne rien faire...

Nous donnons des amendes à des parents qui veulent repeindre bénévolement une école ou à des automobilistes pris dans la neige, mais nous libé­rons des bandits sur des points de droit obscurs...

Et qu’est-ce qu’on fait devant de telles absurdités?

On hausse les épaules et on rit.

C’est le ricanement perpétuel.

Le Québec est le paradis des humoristes et des caricaturistes.

C’est le foutu bordel, mais qu’est-ce qu’on rigole!

Rire pour mourir.

TOUT VA BIEN

The Globe and Mail, le plus gros journal du pays, a fermé son bureau à l’Assemblée nationale parce qu’il juge que rien de très intéressant ne se passe ici.

Notre poids démographique fond comme neige au soleil, nous sommes officiellement la province la plus pauvre du pays, notre dette est de 280 milliards de dollars.

Mais bof...

Pourvu que le Canadien fasse les séries et que Metallica revienne au Festival d’été de Québec, tout va bien.

On est insatisfaits de Couillard, mais devinez pour qui on va voter?

Couillard.

«Les signes du déclin sont partout», disait Dominique Michel dans le film.

Il suffit d’ouvrir les yeux.