/news/politics
Navigation

Trois fois où le magazine Maclean’s a semé la controverse en parlant du Québec

Trois fois où le magazine Maclean’s a semé la controverse en parlant du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le magazine anglo-canadien Maclean’s est sous les feux de la rampe aujourd'hui pour son analyse du cafouillage de l'A13.

Mais le périodique appartenant depuis plus de 20 ans à Rogers Communications n’en est pas à sa première controverse sur le Québec. En effet, le traitement réservé à la province francophone par le Maclean's a souvent été critiqué.

Trop grande susceptibilité du peuple québécois ou acharnement médiatique?

Retour sur trois fois où le magazine a mis le feu aux poudres:

1. Joyeux Bonhomme le corrompu

Qui ne se souvient pas de cette fameuse édition de 2010, montrant Bonhomme marchant joyeusement avec une valise remplie d’argent, le tout accompagné du titre incendiaire: The Most Corrupt Province In Canada, «la province la plus corrompue du Canada».

À l’époque, la controverse avait fait le tour du pays. Plusieurs ont dénoncé autant la Une sensationnaliste et l’utilisation déplacée d’un symbole apprécié au Québec que le contenu de l'article de l’auteur Martin Patriquin, rempli de préjugés et critiqué pour quelques erreurs factuelles. Le magazine a d’ailleurs été blâmé par le Conseil de presse pour avoir «manqué de rigueur et véhiculé des préjugés en affirmant que le Québec est la province la plus corrompue du Canada». Une majorité de membres de l'organisme ayant étudié le dossier avaient conclu que «les manquements aux impératifs de rigueur journalistique, de la part de M. Patriquin, avaient porté préjudice à l'ensemble des Québécois». 

Le périodique a aussi discrètement conclu une entente avec la direction du Carnaval de Québec afin d'éviter une poursuite judiciaire pour avoir bafoué leur image.

2. Pierre Karl Péladeau, l’homme qui détruira le pays

En mars 2014, Patriquin récidive avec un article qui soulève de nouveau les passions. À la suite de l’entrée en politique du grand patron Québecor Pierre Karl Péladeau, le journaliste n’y va pas avec le dos de la cuillère: la fin du pays est proche. Encore une fois, la Une du magazine a frappé l'imaginaire. Le choix de la photo et le titre provocateur ne sont pas passés inaperçus.

L’auteur mentionnait également au passage que le Parti québécois était un parti de «perdants avec des principes» (principled losers), même si tout était en train de changer depuis l’élection de Pauline Marois en 2012.

Trois fois où le magazine Maclean’s a semé la controverse en parlant du Québec
Capture d'écran
Trois fois où le magazine Maclean’s a semé la controverse en parlant du Québec
Capture d'écran

Même si le dossier n'a laissé personne indifférent, les analystes des communications Infopresse concluaient à l'époque: «C'est un reportage qui, à quelques détails près, aurait très pu se retrouver dans les pages de L'actualité [le pendant québécois du Maclean's]. Mais il y a à parier que L'actualité aurait opté pour un titre moins alarmiste...»

3. Le cafouillage de l’A13 et tous les problèmes qui rongent le Québec

Le périodique s’est à nouveau attiré les foudres des Québécois, lundi, quand l’auteur Andrew Potter a décidé de dépeindre le cafouillage de l’autoroute 13 comme un problème qui va bien au-delà «du dysfonctionnement politique» et qui se traduit plutôt comme le fléau d’une société qui fait cavalier seul.

Les réactions n’ont pas tardé.

«En ce qui me concerne, c’est un texte de très mauvaise qualité, qui s’appuie sur des préjugés, et qui vise, encore, essentiellement, à dépeindre une image négative du Québec», a entre autres déploré le premier ministre, Philippe Couillard.

Le Quebec bashing répandu?

Le Maclean’s n’est pas le seul média du ROC [Rest of Canada] qui a fait les manchettes pour un article ou une chronique sur le Québec.

Le quotidien torontois The Globe and Mail, par l’entremise de sa chroniqueuse-vedette Jane Wong, avait fait un lien entre les fusillades de Polytechnique, de Concordia et du Collège Dawson et «le sentiment d’aliénation au Québec.» L’auteure établissait un lien entre «l’infâme loi 101» et les tueries, déclenchant l’ire des Québécois.