/news/politics
Navigation

Un fondateur du PQ prône une alliance avec la CAQ

Me Guy Bertrand dit agir au nom des quelque 2000 membres du réseau social Mouvement Liberté-Nation

Guy Bertrand est à la tête du Mouvement Liberté-Nation, qui vit uniquement sur les réseaux sociaux pour l’instant.
Photo DIDIER DEBUSSCHÈRE Guy Bertrand est à la tête du Mouvement Liberté-Nation, qui vit uniquement sur les réseaux sociaux pour l’instant.

Coup d'oeil sur cet article

Me Guy Bertrand demande aux chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec de s’unir contre les libéraux.

«Ce que j’entends depuis longtemps, c’est que c’est une nécessité pour le Parti québécois, la CAQ et Québec solidaire (QS) d’enlever ce parti-là du pouvoir, parce qu’il détruit la société québécoise. Si c’est vrai, ils ont une obligation au nom de l’intérêt collectif de s’unir», dit l’avocat Guy Bertrand, membre fondateur du PQ et actuel président fondateur du Mouvement Liberté-Nation.

République fédérale du Québec

Ce mouvement prône la mise sur pied d’une République fédérale du Québec. Le projet propose que la province devienne indépendante et que chacune des 17 régions du Québec se transforme en État avec certains pouvoirs.

M. Bertrand est le président fondateur du mouvement qui compte actuellement plus de 2000 membres sur les réseaux sociaux.

L’avocat n’a eu aucun retour à sa lettre, dans laquelle il demandait une rencontre entre le chef de la CAQ François Legault, le chef du PQ Jean-François Lisée et lui-même, qui aurait agi comme médiateur. Pas un appel ni un courriel.

« Profondément inhumain »

«C’est incroyable. C’est profondément inhumain. Je n’ai pas de mots. Je ne veux pas paraître frustré, mais c’est irrespectueux. Les 2000 personnes qui m’ont demandé de faire ça sont des gens qui payent des impôts», dit-il.

Une alliance entre la CAQ et le PQ n’est pas dans les plans du parti de François Legault. «Ce n’est pas du tout dans les cartons», a soutenu le député de la CAQ Simon Jolin-Barrette, en entrevue à LCN.

«Nous, à la CAQ, on veut un Québec fort à l’intérieur du Canada, contrairement au Parti québécois qui veut séparer le Québec du Canada», a ajouté le député de Borduas, qui ne ferme toutefois pas la porte à de nouveaux membres. «Les Québécois ne veulent pas de référendum, et nous, on l’a très bien compris», a-t-il conclu.