/world/america
Navigation

Venezuela : le président du Parlement accuse Nicolas Maduro de «coup d’État»

Venezuela : le président du Parlement accuse Nicolas Maduro de «coup d’État»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

CARACAS | Le président du Parlement vénézuélien Julio Borges a accusé jeudi le président Nicolas Maduro de «coup d’État» après la décision de la Cour suprême, réputée proche du pouvoir, de s’octroyer le droit d’édicter des lois.

«Au Venezuela, Nicolas Maduro vient de commettre un coup d’État», a déclaré M. Borges lors d’une conférence de presse devant le Parlement, en appelant l’armée à sortir du «silence» face à la rupture de l’ordre constitutionnel.

«Nicolas Maduro ne peut pas être au-dessus de la Constitution», a-t-il ajouté, estimant que le président avait «retiré le pouvoir au peuple vénézuélien».

Lors d’un nouveau coup de force du camp présidentiel, la Cour suprême s’est attribuée jeudi les pouvoirs du Parlement, le bastion des opposants, deux jours après leur avoir enlevé leur immunité.

Cette décision traduit une escalade supplémentaire dans la crise politique qui agite ce pays pétrolier depuis la large victoire de l’opposition antichaviste (du nom de l’ancien président Hugo Chavez, 1999-2013) aux élections législatives fin 2015, pour la première fois en 17 ans.

Outre le choc des pouvoirs au Venezuela, ce pays parmi les plus violents au monde est frappé par une pénurie qui concerne 68% des produits de base et l’inflation y est devenue incontrôlable (1660% fin 2017, prédit le FMI).