/news/politics
Navigation

Courriels de Marc-Yvan Côté: la CAQ se questionne sur la subvention à Premier Tech

Periode des questions
Simon Clark Le député caquiste Éric Caire.

Coup d'oeil sur cet article

La participation de Marc-Yvan Côté dans la course à la chefferie de Philippe Couillard soulève des questions sur la subvention accordée à l’entreprise Premier Tech, estime le député caquiste Éric Caire.

«Marc-Yvan Côté n’avait pas l’habitude de faire du bénévolat... bénévole», a raillé le leader parlementaire adjoint de la CAQ, lors d’un point de presse vendredi matin.

Le député de La Peltrie réagissait aux révélations du Bureau d’enquête du Journal qui démontrent que l’ex-ministre et organisateur politique s’est impliqué dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec de Philippe Couillard.

Le premier ministre nie pourtant toute implication de Marc-Yvan Côté dans sa campagne en 2012 et 2013. «Monsieur Côté n’avait aucun rôle dans l’organisation de ma course à la direction, aucun mandat, aucune autorisation, point final», a-t-il répété à plusieurs reprises la veille.

1 million$ inexpliqué

En juin dernier, la Vérificatrice générale affirmait ne pas pouvoir expliquer pourquoi une subvention du gouvernement Charest accordée à Premier Tech a été bonifiée de 1 million$ au printemps 2012 après un déjeuner entre le ministre Sam Hamad et Marc-Yvan Côté. Ce dernier était alors vice-président du conseil d’administration de l’entreprise de Rivière-du-Loup.

«Ce n'est pas clair, ce qui s'est passé là», dit Éric Caire au sujet de la subvention à Premier Tech.

Sam Hamad est ensuite devenu coprésident de la course à la chefferie de Philippe Couillard, la même année.

«Et moi, je ne peux pas faire abstraction du rôle extrêmement important de Marc-Yvan Côté et d'Yves Goudreau, deux vice-présidents de Premier Tech, dans la campagne de Philippe Couillard, ajoute le député caquiste. Je ne peux pas faire abstraction du fait que Sam Hamad, c'était le président de la campagne au leadership de Philippe Couillard.»

La CAQ demande la tenue d’une commission parlementaire pour faire toute la lumière sur la question.