/opinion/columnists
Navigation

La consultite

Quebec
photo d’archives, STEVENS LEBLANC

Coup d'oeil sur cet article

Donc, Ricardo Larrivée, l’architecte Pierre Thibault et monsieur cube d’énergie Pierre Lavoie vont se promener un peu partout sur la planète pour savoir comment on pourrait améliorer l’école québécoise.

Depuis le temps qu’on souhaite que nos élites s’impliquent et mettent l’épaule à la roue, on serait mal venu de cracher dans la soupe.

D’autant plus que les membres de ce trio de choc (pour qui j’ai énormément de respect) vont eux-mêmes payer leurs déplacements...

LES SOLUTIONS SONT CONNUES

Cela dit...

A-t-on vraiment besoin d’envoyer des émissaires trois étoiles aux quatre coins du monde pour savoir ce qu’on devrait faire ici, chez nous, pour améliorer la performance de nos élèves?

On le sait, ce qu’il faut faire!

On les a tous lus, les textes sur le système d’éducation en Finlande et en Scandinavie!

Peut-on arrêter de consulter et agir, grands dieux?

Pas besoin d’être un génie pour savoir ce qui ne va pas dans nos écoles.

Ricardo va nous dire qu’il faut offrir de meilleurs mets dans les cafétérias (plus de champignons dans les assiettes et moins sur les murs). Pierre Thibault, qu’il faut de belles écoles avec de larges fenêtres et des aires gazonnées. Et Pierre Lavoie, qu’il faut que nos enfants bougent davantage.

Bon, OK, d’accord. Merci pour vos suggestions, chers amis.

Peut-on passer à l’action, maintenant?

Maudit qu’on aime ça, consulter, au Québec.

Mais comme le chantait Elvis: «A little less conversation, a little more action, please...»

Traduction française: «Accouche qu’on baptise, saint simonac!»

CONSULTONS... LES PROFS !

N’importe quel parent sait ce qu’il faut faire pour améliorer le système d’éducation...

Des classes moins nombreuses. Plus d’orthophonistes, de psychoéducateurs et d’éducateurs spécialisés.

Décentraliser le système. Laisser plus de marge de manœuvre aux profs. Se débarrasser des enseignants qui ont perdu la flamme et la passion.

Arrêter de construire des polyvalentes qui ressemblent à des cimenteries, des réacteurs nucléaires et des compacteurs à déchets.

Embaucher plus de profs masculins. Cesser de punir les garçons dès qu’ils se chamaillent dans la cour d’école. Leur permettre de jouer aux Rois de la montagne.

Moins materner les enfants.

Rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans.

Etc., etc.

Tiens, une idée folle qui me passe par la tête: et si on demandait aux profs ce qu’ils en pensent? Ça ne serait pas intéressant?

Je suis sûr que certains auraient quelques idées...

Rien de mieux, pour savoir ce qui se passe sur le terrain, que de parler à ceux qui mettent la main à la pâte, la truelle dans le mortier et le pied dans l’étrier...

SI ON S’Y METTAIT ?

On aime tellement consulter, au Québec, que, bientôt, on va mettre sur pied une consultation pour savoir comment consulter le monde.

Le dialoguiste français Michel Audiard avait une belle phrase sur la question: «Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.»

Ambroise Bierce disait quant à lui: «Consulter, c’est rechercher l’approbation des autres pour un projet déjà bien arrêté.»

Bref, c’est bien beau, jaser, mais le secret de l’action, c’est de s’y mettre.

Tiens, ça pourrait faire l’objet d’une consultation, ça: «Comment arrêter de consulter et agir.»