/opinion/columnists
Navigation

Du front tout le tour de la tête

On peut être capitaliste et décent...

Pierre Beaudoin, président et chef de la direction de Bombardier.
Photo Agence QMI, Philippe-Olivier Contant Pierre Beaudoin, président et chef de la direction de Bombardier.

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Beaudoin a beau avoir reculé, il fallait avoir du front tout le tour de la tête pour penser que sa spectaculaire hausse de salaire allait passer comme du beurre dans la poêle.

Idem pour ses p’tits amis de Bombardier.

Non, mais sur quelle planète ces gens-là vivent-ils?

Vous pensiez vraiment qu’il n’y aurait aucune réaction de la part de vos actionnaires et de la population?

Si oui, vous êtes déconnectés pas à peu près...

LA BELLE VIE

En anglais, on a une belle expression pour désigner ces person­nes: corporate welfare bums.

Du B.S. corporatif.

Des quêteux de haute volée.

Comme dans l’excellente caricature de YGreck, où l’on voit trois boss de Bombardier en train de fumer des ciga­res et de compter leur fric, leurs costumes de «pauvres» accrochés à une patère.

Dehors, ils quémandent en faisant pitié, le dos courbé et les yeux cernés. Mais une fois revenus dans leur bureau, ils remettent leur cravate, débou­chent le champagne et font la fiesta en se tapant dans les mains.

La belle vie, quoi.

Je dis souvent dans ces pages que la gauche ne devrait pas laisser le thème de l’identité à la droite, qu’elle devrait s’en emparer.

Même chose pour les dérives du milieu financier.

La droite ne devrait pas laisser ce thème à la gauche. On a beau être procapitalisme et pro-entreprise privée, il y a des limites à ne pas dépasser.

Ce genre d’obscénité regarde tout le monde, quelles que soient notre couleur politique et notre position idéologique sur l’axe gauche-droite.

CAPITALISME À VISAGE HUMAIN

Ça me fait penser au discours que Sophie Brochu, la PDG de Gaz Métro, a prononcé il y a un mois.

«Vous ne voulez pas assister à une montée du populisme? a-t-elle demandé en substance aux gens d’affaires présents dans la salle. Alors, faites le ménage dans vos rangs et revoyez vos façons de faire...»

En d’autres termes: si vous ne voulez pas vous taper d’autres manifestations de colère des 1 % devant vos sièges sociaux ou si vous ne voulez pas vous retrouver avec un clone de Trump ou de Gabriel Nadeau-Dubois sur le trône, «put your shit together», comme disent les Anglos.

Cessez de vous comporter comme des voyous sans foi ni loi prêts à tout pour vous en mettre encore plus dans les poches.

Ne laissons pas à la gauche le monopole de la morale et de la compassion. On peut fort bien être capitaliste et décent.

Pas besoin d’avoir une carte de membre de Québec solidaire dans son portefeuille ou une affiche de Manon Massé au-dessus de son lit pour trouver certains comportements inacceptables.

DANS LE PLAT DE BONBONS

Le B.S. corporatif, c’est la privatisation des profits et la socialisation des pertes.

Quand ça va mal, tout le monde boit la tasse. Quand ça va bien, seuls les patrons sirotent le champagne.

Les dirigeants de Bombardier qui profitent des subventions gouvernementales pour se payer une hausse de salaire, c’est comme la présidente du syndicat des cols bleus de la Ville de Montréal qui fouille dans la caisse des travailleurs pour payer son fonds de retraite.

C’est honteux.