/opinion/columnists
Navigation

Beding bedang

Beding bedang
photo d’archives, Caroline Lévesque, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La moitié des routes gérées par le ministère des Transports du Québec seraient dans un état pitoyable.

Quand vous avez lu cette nouvelle, hier, vous vous êtes probablement dit la même chose que moi.

Seulement 50 %? Vous êtes sûr que ce n’est pas plus élevé?

LA FAUTE À LA MÉTÉO?

L’état des routes est l’un des grands mystères du Québec...

Tu vas en Ontario, les routes sont parfaites.

Tu vas au Nouveau-Brunswick, les routes sont parfaites.

Tu vas au Vermont, les routes sont parfaites.

Tu arrives au Québec? Beding bedang, des trous, des crevasses, des lézardes, des craques, des bosses...

On dirait qu’on roule sur la face de Claude Blanchard.

Et surtout, ne me dites pas que c’est la faute aux «écarts de température extrêmes», ça ne tient pas la route deux secondes.

À ce que je sache, les courants d’air ne s’arrêtent pas aux frontières.

C’est bien simple, nos routes sont tellement cabossées que tu peux deviner quand tu arrives au Québec au son.

On est capable d’envoyer des hommes sur la Lune. On est capable d’envoyer des robots sur Mars.

Mais au Québec, on n’est pas capable de faire de l’asphalte qui résiste au froid.

Impossible.

LAB-ROUTE

Coudonc, qu’est-ce qu’on met sur nos routes, au juste?

Du Silly Putty?

On devrait faire comme les Américains ont fait pendant la Deuxième Guerre: prendre tous les scientifiques de la province et les envoyer dans un camp avec une seule et unique directive.

Vous devez inventer un asphalte qui a de l’allure.

Ça coûtera ce que ça coûtera.

Vous ne sortirez pas de là tant que vous n’aurez pas résolu ce problème. Il en va de l’avenir de la nation.

Est-ce à cause de la corruption? Les entrepreneurs utilisent-ils des matériaux cheaps pour économiser de l’argent?

Faut-il blâmer notre politique nous obligeant à prendre les plus bas soumissionnaires? Nos entrepreneurs se contentent-ils de patcher les routes plutôt que de les refaire en profondeur?

Va-t-il falloir envoyer Jacques Duval, Jacques Villeneuve et Michel Barrette aux quatre coins de la planète pour savoir où on fabrique le meilleur asphalte?

LA SOLUTION MIRACLE

Il y a un viaduc à côté de chez moi.

On l’a refait il y a quelques mois. De A à Z.

Aujourd’hui, il est bourré de craques.

Un hiver, et on dirait qu’il a été bombardé.

Si ça c’est de l’asphalte, alors Donald Trump est président des États-Unis.

Tiens, j’ai une idée: on devrait demander à Oneal Ron Morris de venir nous aider.

Vous ne la connaissez pas? C’est une transgenre américaine de 30 ans qui a été condamnée à 10 ans de pénitencier, il y a deux semaines, pour pratique illégale de la médecine.

Elle se faisait passer pour une spécialiste du grossissement des fesses.

Elle injectait un mélange de ciment, de scellant à pneus et de produit de calfeutrage pour salles de bains dans les fesses de ses clientes en leur disant qu’elles allaient avoir de belles foufounes dodues comme Jennifer Lopez.

Malheureusement, les fesses de ces pauvres femmes devenaient dures comme de la brique.

C’est elle qu’il nous faut !

«Pimp my road!»