/news/currentevents
Navigation

Un boxeur dit avoir été victime de profilage racial à Montréal

Le boxeur Custio Clayton a été intercepté, menotté et suspecté d’être un trafiquant de drogue tard mardi soir, après quoi il a reçu un simple constat d’infraction de 63$ pour «[conduite] d’un véhicule loué pour moins d’un an sans avoir avec soi le contrat de location ou une copie».
Photo Facebook Le boxeur Custio Clayton a été intercepté, menotté et suspecté d’être un trafiquant de drogue tard mardi soir, après quoi il a reçu un simple constat d’infraction de 63$ pour «[conduite] d’un véhicule loué pour moins d’un an sans avoir avec soi le contrat de location ou une copie».

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur québécois Custio Clayton croit que la police de Montréal l’a menotté et suspecté d’être un trafiquant de drogue tard mardi soir à cause de la couleur de sa peau.

«J’ai peut-être été arrêté parce que je suis noir et parce que je conduisais un [camion de luxe] GMC Denali 2017. Ça ne peut qu’être ça», conclut Custio Clayton.

Le boxeur de 29 ans raconte avoir été humilié par des policières du Service de police de Montréal (SPVM) qui lui auraient passé les menottes après l’avoir intercepté vers 23 h, mardi soir, à l’angle de l’avenue Pierre-de-Coubertin et de la rue Beauclerk, dans l’est de Montréal.

«Je demandais à la policière pourquoi elle m’arrêtait, mais elle n’a jamais voulu me le dire», soutient-il.

Pas de drogue

Les agentes lui auraient finalement indiqué qu’on le suspectait de cacher des drogues dans sa voiture. Sur la banquette arrière se trouvaient alors deux sièges pour bébés, une poussette et son sac de sport.

«C’est la première fois de ma vie que j’étais menotté. Ce n’est pas un bon sentiment», a confié le père de quatre enfants au lendemain de l’incident.

Custio Clayton a été intercepté à quelques kilomètres à peine de chez lui, au retour d’une séance d’entraînement à Cornwall, en Ontario. Il calcule que son arrestation a duré plus de 90 minutes et sollicité quatre agents.

Jamais trompée ?

«Une policière m’a dit qu’en 20 ans de métier, elle ne s’était jamais trompée en repérant un vendeur de drogues. Elle a ensuite admis son erreur», relate le père de famille originaire de la Nouvelle-Écosse qui vit à Montréal depuis deux ans.

Après la fouille de son véhicule, les policières lui ont quand même remis un constat d’infraction de 63 $ pour ne pas avoir en sa possession son contrat de location pour sa voiture.

L’athlète conduisait ce véhicule loué de marque GMC Denali puisque le sien était en réparation à la suite d’un accident de la route. Or, les papiers émis par sa compagnie de location affichaient le mauvais modèle de voiture, explique-t-il.

Depuis les événements, Custio Clayton redoute de se faire arrêter de nouveau sans raison à Montréal.

Profilage

«Ce qui me désole, c’est que peu importe ce que tu fais, même si tu fais de ton mieux, on te perçoit encore de cette manière [comme un criminel]. La policière sentait qu’elle avait tous les droits sur moi», s’insurge le boxeur.

Le SPVM n’a confirmé aucune information. Les policières devaient être rencontrées cette nuit, précise le relationniste Jean-Pierre Brabant.

Custio Clayton (10-0, 8 K.-O.) a été le seul représentant du Canada en boxe aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Il est un athlète sérieux, ne boit pas et ne sort pas pour faire la fête, confirme son gérant Douggy Berneche.

Après une pause de six mois, Clayton retournera sur le ring pour un combat le 15 avril à Cornwall, en Ontario.

— Avec l’Agence QMI