/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Y’a d’la pitoune icitte aswère!

Russell Peters, Justin Trudeau et Bryan Adams.
Photo Courtoisie Russell Peters, Justin Trudeau et Bryan Adams.

Coup d'oeil sur cet article

Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu autant des commentaires aussi niaiseux dans un gala.

Dimanche dernier, aux Junos, le coanimateur Russell Peters, qui est un humoriste canadien, a fait une grosse blague de viol.

Constatant qu’il y avait beaucoup de jeunes femmes dans la salle, il a affirmé que c’était une «invitation au crime» (en anglais: A felony waiting to happen).

Comme un vieux mononcle un peu chaud au party de Noël qui s’exclamerait: «Ouains, y’a d’la pitoune icitte aswère, ça va être difficile de pas tasser ça dans un coin, ces p’tites créatures-là».

Hé misère, ils n’ont rien trouvé de mieux pour animer une soirée qui rend hommage au meilleur de la musique canadienne? C’est comme si on avait demandé à Marcel Aubut d’animer un gala du Mérite sportif...

L’HOMME DES CAVERNES

Lors du tapis rouge avant le gala, Russell Peters a posé avec deux officiers de la GRC, deux polices montées dans leurs beaux habits rouges, un homme et une femme. Il leur a déclaré: «Je ne vais “monter” qu’un de vous deux.» Et il a précisé, en se tournant vers le gars: «Et ce n’est pas toi».

Quand est venu le temps de présenter la ministre Mélanie Joly, Russell Peters a lancé la subtile remarque suivante: «Je ne sais pas pourquoi elle est là... mais elle est hot alors... who cares». Bien oui, chose! En 2017, tu réduis une femme de pouvoir à son apparence physique? Tu trouves ça pertinent de dire que tu te fous de la compétence d’une politicienne, du moment qu’elle est un pétard?

GENTLEMEN FOREVER

Russell Peters coanimait le gala des Junos avec Bryan Adams, qui lui, est un gentleman. Le premier ministre Justin Trudeau, qui se proclame féministe, était aussi présent. On a remis le Juno d’album de l’année à Léonard Cohen à titre posthume. Cohen! En voilà un qui savait parler des femmes avec classe.

Bref, parmi tous ces hommes qui respectent les femmes et les célèbrent, Mononcle Russell Peters avait l’air d’un extra-terrestre, un grossier personnage comme on en voyait dans les années 50.

Heureusement, hier, les Junos et L’académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement se sont dissociés des propos de Peters et se sont excusés auprès des gens qui ont été choqués.

PIRE QUE TRUMP ?

Dimanche soir, Sarah McLachlan a eu droit à un hommage. Dans son discours d’acceptation, elle a souligné qu’elle était contente de venir d’un pays «où les droits des femmes et des filles sont respectés». Une référence à peine voilée aux vilains États-Unis et au vilain président Trump qui est obsédé par les pussys.

Sauf que Trump a tenu ses propos controversés dans une discussion privée avec un journaliste, à micros fermés. Alors que Peters, lui, a fait ses «blagues de vestiaire» à micro ouvert, sur les ondes d’un gala vu par des millions de Canadiens. Qui est le pire?