/news/currentevents
Navigation

L’ex-ministre Daoust poursuivi pour 19 M$

Un homme lui reproche la faillite de son entreprise

Periode des questions
Photo d'archives Simon Clark Jacques Daoust
Ex-ministre

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-dirigeant de RER Hydro réclame 19 millions $ à l’ancien ministre de l’Économie Jacques Daoust, qu’il tient responsable de la faillite de l’entreprise spécialisée en hydroliennes.

«[Jacques Daoust] a tout fait pour empêcher RER d’implanter la filiale industrielle de fabrication d’hydroliennes au Québec», se plaint Imad Hamad dans la poursuite civile qu’il a déposée au palais de justice de Montréal.

Dans le document de cour, il affirme que l’ex-ministre et ancien dirigeant d’Investissement Québec a empêché le financement de son entreprise «par vengeance purement politique et personnelle».

Selon M. Hamad, le Québec s’est ainsi privé «de milliards» de dollars en retombées économiques, ce qui lui aurait permis d’empocher des millions de dollars.

À l’époque, le gouvernement Marois avait avancé des millions de dollars au fabricant, qui envisageait de devenir le «leader mondial» des hydroliennes de rivière.

En tenant compte des aides d’Hydro-Québec, la somme des aides gouvernementales attribuées à RER Hydro pour son projet dépassait les 40 millions $, avait rapporté Le Journal en 2015.

Faillite

Mais l’arrivée au pouvoir des libéraux, en 2014, a mis fin aux rêves de M. Hamad.

Ses fonds coupés, son entreprise a accumulé les problèmes financiers, puisque des investisseurs privés se seraient retirés. M. Hamad dit s’être alors endetté de 300 000 $ afin d’éviter la faillite de l’entreprise, mais il a finalement dû baisser les bras.

«Les intentions claires [de M. Daoust] ont fini par réussir à forcer sa faillite», peut-on lire dans le document de cour.

Pour M. Hamad, il s’agit là d’une «erreur de jugement catastrophique», qu’il compare à la vente des fleurons québécois RONA et St-Hubert.

À moins d’un règlement à l’amiable, la demande sera présentée à un juge, mais plus d’une année pourrait s’écouler avant que le procès ne commence.