/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Série sur le Canada: on se calme!

Coup d'oeil sur cet article

La série de la CBC The Story of Us, sur l’histoire du Canada, crée tellement de controverse que j’étais certaine que c’était un navet infâme. Quand c’est rendu qu’à Ottawa et à Québec, on demande des excuses nationales, c’est que l’heure est grave.

Mais après avoir visionné l’objet de la controverse, je trouve qu’il n’y a pas là de quoi fouetter un chat. Tout le monde ensemble, on prend notre gaz égal.

QUI SONT LES CANADIENS ?

Manifestement, plusieurs observateurs n’ont pas compris le concept de cette série de 10 épisodes: des personnalités connues s’expriment sur des moments et des personnages clés de notre histoire.

Par exemple, j’ai adoré que ce soit la danseuse et chorégraphe québécoise Louise Lecavalier qui s’exprime au sujet de la vigueur et de la résilience des Filles du roi, et pas un historien. Elle a souligné à quel point elle reconnaissait cette force de caractère chez les Québécoises d’aujourd’hui.

Les critiques ont beaucoup ri du fait que le combattant d’arts martiaux Georges St-Pierre parle des batailles des Plaines d’Abraham. Mais il n’est pas interviewé comme historien­­! Il s’exprime sur l’importance de surprendre son attaquant!

De la même façon, j’ai trouvé intéressant que ce soit un homme d’affaires qui explique à quel point la fondation de la Compagnie de la Baie d’Hudson est la première manifestation des qualités d’entrepreneuriat au Canada.

On a demandé à Peter Mansbridge, Colm Feore ou Atom Egoyan de réfléchir à ce qui fait de nous des Canadiens.

Dans un des prochains épisodes, on entendra aussi Kim Thuy affirmer, au sujet de ceux qui ont forgé le pays: «Dans des circonstances extrêmes, on trouve en nous des ressources qu’on ne soupçonnait pas.» Est-ce qu’on va reprocher à Kim Thuy de ne pas être une historienne?

DÉCHIRER SA CHEMISE

Quatre universitaires québécois ont écrit une lettre au Globe and Mail pour dénoncer la série. «Les Français sont sans cesse dépeints comme vicieux, traîtres et sales», écrivent­­-ils. Tout ça parce qu’on montre Champlain avec une chemise tachée et Desgroseillers portant un manteau de fourrure à la cour d’Angleterre.

Mais les auteurs indignés ont oublié de mentionner qu’on voit aussi Montcalm impeccablement vêtu lors de la bataille des Plaines et que les soldats anglais sont sales et portent des barbes hirsutes.

À un moment donné, il faut arrêter de se crinquer et de voir partout un vaste complot anglophone pour détruire la réputation de la Nouvelle-France. Oui, certains comédiens parlent français avec un léger accent, mais ce n’est pas un scandale national.

Et aucun des critiques n’a souligné le fait que la reconstitution de la bataille des Plaines d’Abraham était absolument époustouflante: c’est comme si on y était!

ATTENTION, DANGER

Certains ont réclamé que Mélanie Joly, ministre du Patrimoine, intervienne dans la controverse. Elle a refusé de le faire et je l’applaudis. Une ministre n’a pas à se mêler de la programmation de la société d’État. Ce n’est pas son rôle et ce serait de l’ingérence politique inacceptable.

Si on lui demande de se mettre le nez dans le contenu de la CBC, qu’est-ce qui l’empêcherait, après, de se mêler du choix des invités à Tout le monde en parle ou des reportages d’Enquête?